Comment choisir le bon micro pour votre studio ? (Guide 2022)

Le moment est venu. Vous avez fait craquer vos doigts, vous avez chanté votre nouvelle composition au piano si souvent que vous pouvez la jouer les yeux fermés. Vous avez passé des heures hier soir …

Le moment est venu. Vous avez fait craquer vos doigts, vous avez chanté votre nouvelle composition au piano si souvent que vous pouvez la jouer les yeux fermés.

Vous avez passé des heures hier soir à écouter vos artistes préférés, à noter leurs meilleurs textes, à refléter leur talent dans votre propre lyrisme. Vous êtes prêt à enregistrer.

Le seul micro dont vous disposez – un vieux morceau de plastique Singstar mâchouillé – devrait faire l’affaire, non ? Bien sûr, ce n’est pas un Neumann, mais la musique est une question de sensation, pas d’équipement. Pas vrai ?

Bien sûr, tout cela est très bien, jusqu’à ce que vous soyez au milieu du dernier refrain, en train de chanter la meilleure performance de votre vie, lorsque vous voyez un pic énorme dans le son que vous enregistrez.

Paniqué, vous l’écoutez et entendez ce KSHHH écrasant qui se mêle à toutes vos belles paroles, rendant votre voix inutilisable. Chaque fois que vous osiez respirer, le micro de Singstar faisait une crise, déformant le son et détruisant votre prise.

Oh là là. Il est peut-être temps de penser à acheter un nouveau microphone.

Ne manquez pas la deuxième partie de cette série d’articles, qui présente les meilleurs microphones disponibles pour votre studio (dans différentes gammes de prix et pour différentes applications).

Qu’est-ce qu’un microphone ?

Histoire du microphone

Le cadre de l’invention du microphone a été mis en place avec l’avènement du téléphone à la fin du19e siècle, mais des tentatives d’élaboration d’un instrument capable d’amplifier la voix avaient déjà été faites des siècles auparavant.

La philosophie du téléphone – être capable de transmettre un signal audio d’un point A à un point B – est essentiellement le même concept que le microphone moderne, à l’exception de l’amplification qui est le but de la conception.

Des rapports datant d’environ 500 avant J.-C. suggèrent que l’amplification a été tentée par la création d’un « mégaphone acoustique » utilisant des masques en forme de cornes afin de projeter sa voix vers les foules.

En 1665, Robert Hooke a créé le célèbre téléphone « à tasse et à fil », qui est l’un des premiers exemples d’amplification par des moyens autres que l’air.

Il existe une certaine controverse quant à l’inventeur du premier microphone, mais il a toutefois bien été inventé à la fin des années 1800 sous la forme d’un microphone en carbone – permettant de convertir le son en un signal électrique.

C’est ce style de microphone qui a été utilisé au début de l’ère de la radio, à l’aube duXXe siècle. La technologie a progressé, tout comme le microphone, et les microphones à condensateur et à ruban ont été inventés peu après.

La progression du microphone et de ses fonctions a connu un flux et un reflux intéressants au cours de cette période. L’amélioration des microphones s’est accompagnée d’une amélioration de la qualité de la radiodiffusion, des enregistrements musicaux et, finalement, de la télévision. Et à mesure que ces formes de divertissement se développaient – souvent grâce à de meilleurs microphones – leurs nouvelles exigences nécessitaient, vous l’aurez deviné, des microphones de meilleure qualité.

Et ainsi de suite, jusqu’à l’océan de microphones haute-fidélité disponibles aujourd’hui.

Maintenant, vous vous demandez peut-être comment tout cela peut m’aider à savoir quel type de microphone je dois utiliser pour mes besoins auditifs ? Eh bien, la réponse est que ce n’est pas le cas. C’est juste cool de savoir. Je pense.

Comment fonctionnent-ils ?

Comme nous l’avons brièvement évoqué dans l’article sur les cartes son, les microphones sont essentiellement des transducteurs, c’est-à-dire qu’ils convertissent l’énergie d’une forme à une autre.

Ils convertissent le son, c’est-à-dire les vibrations de l’air, en un signal électrique qui peut ensuite être lu par un amplificateur ou un équipement similaire.

Un diaphragme – une fine feuille d’un matériau particulier – est responsable de la lecture initiale de ces ondes sonores, et presque chaque microphone en possède un.

Les vibrations du diaphragme lorsqu’il capte le son sont envoyées le long du microphone, et cette énergie est finalement transformée en un signal électrique.

Les signaux des microphones sont souvent extrêmement faibles en volume et nécessitent presque toujours une sorte d’amplification supplémentaire avant de pouvoir être entendus physiquement.

Ces méthodes d’amplification comprennent : des amplificateurs externes, de petits amplificateurs actifs à l’intérieur du microphone, des préamplis et des amplificateurs de ligne.

Les aspects techniques du fonctionnement d’un microphone peuvent être assez compliqués et impliquer… des mathématiques et de la physique… (vous avez aussi frémi ?), nous allons donc passer outre et laisser les choses simples pour le moment.

Si vous voulez vraiment en savoir plus, une visite sur ce site vous donnera toutes les informations que vous pouvez souhaiter, et même plus.

Pour le consommateur moyen, la partie la plus importante du fonctionnement des microphones à comprendre est le type de conversion qu’ils utilisent. Il existe trois méthodes couramment utilisées : dynamique, à condensateur et à ruban.

Types de microphones

Dynamique

Le microphone magnéto-dynamique est un microphone extrêmement populaire qui offre un grand nombre d’applications potentielles. Comme son nom l’indique, ce micro utilise un champ magnétique pour produire son courant électrique audio, car le mouvement d’une bobine fixée provoque le passage de ce courant.

Cette méthode de conversion du signal ne nécessite généralement pas d’alimentation externe (fantôme) et les micros dynamiques peuvent parfois être utilisés sans carte son, bien que la qualité du son et le volume puissent en souffrir.

Connus pour leur polyvalence et leur durabilité, les micros dynamiques ne sont pas aussi sensibles que les autres types de micros et sont parfaits pour enregistrer des instruments bruyants comme la guitare électrique et la guitare basse, ainsi que la batterie.

Les micros dynamiques sont souvent utilisés pour les performances en direct. Ils sont beaucoup moins susceptibles de se casser ou de se déformer lorsqu’ils sont confrontés à des signaux extrêmement forts, et certains modèles peuvent souvent être jetés à l’arrière de fourgons par des musiciens ivres et survivre pour raconter l’histoire. Je vous regarde, Shure SM58.

Condensateur

Les microphones à condensateur se distinguent des microphones dynamiques par la conversion du signal. Ils créent un courant électrique en faisant vibrer leur diaphragme, souvent en mylar ou en aluminium fritté à l’or. Cela fonctionne essentiellement de la même manière qu’un condensateur.

En raison de sa construction, un micro à condensateur ne produit pratiquement aucun courant au cours de ce processus, d’où la nécessité d’une source d’alimentation externe pour qu’un signal se manifeste.

Les micros à condensateur sont considérés comme ayant la meilleure qualité sonore parmi tous les types de micros disponibles. Ils offrent une réponse en fréquence plus large, un plancher de bruit plus bas et une sensibilité plus élevée que leurs homologues.

Ils sont donc parfaits pour le podcasting, le chant, le streaming et la plupart des autres applications de studio détaillées.

Bien que leur qualité sonore soit réputée supérieure, les micros à condensateur peuvent souffrir d’une certaine fragilité par rapport à la dynamique. Ils ne supportent pas très bien les distorsions (des signaux à décibels élevés), et une mauvaise utilisation répétée d’un micro, même à 5000 dollars, peut entraîner une défaillance ou une perte de précision de l’équipement.

Les salles d’enregistrement de mauvaise qualité, les bruits de fond et les ronflements électriques peuvent tous poser des problèmes lors de l’enregistrement avec un micro à condensateur, car leur sensibilité plus élevée peut provoquer des bruits indésirables dans vos enregistrements.

Ruban

Les rubans ont perdu un peu de leur popularité au fil des ans, mais ils restent un type de microphone important à prendre en compte.

Semblables aux micros dynamiques, les micros à ruban utilisent un champ magnétique pour produire un courant électrique, mais ils ne comportent pas de bobine et utilisent une fine feuille de métal.

Dans un sens très, très, très, basique, ils sont un hybride bizarre du microphone à condensateur et dynamique.

Cette comparaison n’est cependant pas vraiment exacte, car les microphones à ruban ne réagissent pas au niveau de pression acoustique (SPL), mais aux changements de vitesse de l’air. Oui, la physique ne semble jamais s’arrêter.

Les rubans donnent une impression de chaleur et d’obscurité à leurs enregistrements, en raison de la façon dont ils interagissent avec le son. En termes simples, cela signifie qu’ils captent davantage les basses fréquences que les hautes fréquences.

Ils sont assez sensibles, mais moins qu’un condensateur, ce qui constitue un bon compromis entre les autres types de microphones populaires.

Les micros à ruban sont toujours bidirectionnels, ce qui signifie qu’ils captent les signaux audio devant et derrière le micro – nous y reviendrons plus tard.

Ils sont parfaits pour enregistrer les instruments orchestraux, notamment les cordes, les cuivres et les tambours. Cela est dû en partie à leurs réponses en fréquence, qui étouffent les sibilances gênantes et font ressortir le caractère chaleureux de ces instruments typiquement centrés sur les moyennes fréquences.

La chute des microphones à ruban – après avoir dominé la scène des microphones au début des années 1900 – était due à leur extrême fragilité

Le ruban responsable de la conversion de l’audio en signal électrique est si fin que vous pouvez à peine le voir (pensez au trancheur de viande de Kramer), ce qui le rend susceptible d’être endommagé au moindre choc.

Les rubans d’aujourd’hui sont cependant plus robustes et devraient présenter moins de difficultés à préserver leur fonctionnalité.

Les motifs polaires

La directivité d’un microphone est un élément important de ce qui le rend adapté à une fonction particulière. Essentiellement, ce diagramme décrit la direction dans laquelle le microphone traite l’audio.

l y a 4 directivités principales (bien qu’il en existe beaucoup d’autres) que vous rencontrerez lorsque vous regarderez dans un microphone. Une façon simple de les comparer est visuelle – les graphiques polaires montrent simplement où un micro captera le mieux l’audio.

Cardioïde

Les microphones cardioïdes sont un élément de base dans presque toutes les industries qui utilisent un microphone. Ils représentent essentiellement 180 degrés de signal – captant le son venant de l’avant et rejetant le bruit venant de l’arrière.

L’application d’un tel modèle est vitale pour des utilisations telles que le podcasting, les performances en direct et la radiodiffusion, où le son provenant de l’arrière du microphone (tel que l’instrument d’un autre membre du groupe) doit être évité.

Ils sont également pratiques pour supprimer les bruits gênants comme les ventilateurs de la pièce ou les ronflements de l’ordinateur. Il suffit de tourner le microphone à l’écart des sources sonores et voilà, vous avez un enregistrement propre.

Supercardioïde

Les microphones supercardiodes fonctionnent de la même manière que les microphones cardiodes, à une différence près : ils rejettent davantage de signaux audio provenant des côtés, mais en captent un peu à l’arrière.

L’avantage d’une telle configuration est qu’elle est plus directionnelle, ce qui signifie que l’axe du son est plus étroit. Cela peut s’avérer plus efficace pour l’isolation sonore qu’un micro cardioïde générique, à condition qu’il n’y ait pas de son venant de l’arrière.

Le graphique de ces modèles polaires ressemble un peu à une méduse. Cela n’a rien à voir avec quoi que ce soit, c’est juste quelque chose que j’ai remarqué. Bref… on continue.

Hypercardioïde

Le diagramme polaire hypercardioïde est extrêmement similaire au supercardioïde : il rejette la plupart des sons provenant de l’arrière, un peu des côtés et la plupart de l’avant.

La seule différence majeure entre les deux est que le supercardiod est un peu plus directionnel.

Omnidirectionnel

Les micros omnidirectionnels sont assez explicites. Leur diagramme polaire est, eh bien, omnidirectionnel. Il traite le son sur un axe de 360 degrés, ce qui signifie qu’il capte tout.

L’utilisation d’un microphone omnidirectionnel présente de nombreux avantages : il a la réponse en fréquence la plus large et la plus plate et peut capter plusieurs instruments simultanément dans des enregistrements de haute qualité, ce qui le rend parfait pour un orchestre.

Ceci étant dit, le fait d’être omnidirectionnel expose les utilisateurs de ce micro à l’échec s’ils enregistrent dans une pièce mal traitée. Le son s’échappera facilement de ce micro, et vous supplierez les avions qui passent sans cesse au-dessus de votre tête de s’arrêter pendant une heure.

Bi-directionnel (Figure 8)

C’est vraiment agréable lorsque le nom d’une chose est pratique. Le diagramme polaire en forme de 8 ressemble, sans surprise, à une figure en 8.

Comme nous l’avons vu dans la section sur les micros à ruban, cela signifie qu’il enregistre le son provenant de l’avant et de l’arrière de la face du micro tout en rejetant le bruit des axes latéraux.

Ce type de configuration est fantastique pour les interviews ou les émissions où deux personnes sont placées aux extrémités opposées du microphone, ce qui réduit le nombre de câbles et d’équipements nécessaires.

Il est également idéal pour les applications d’enregistrement stéréo (comme la technique Blumlein) et offre une réponse en fréquence unique par rapport aux autres diagrammes polaires.

Il existe deux autres schémas polaires, bien que moins courants que ceux cités :

La configuration polaire shotgun ressemble, comme son nom l’indique, à un fusil de chasse. C’est un style de microphone extrêmement directionnel qui est souvent utilisé pour le tournage de films, où des sons spécifiques doivent provenir d’endroits précis.

La configuration polaire du subcardiod est essentiellement la même que celle du cardiod, à la différence que les micros subcardiod captent davantage le son provenant de l’arrière et des côtés.

Connecteurs

Pratiquement tous les microphones utilisent des ports XLR pour envoyer leur signal électrique à un récepteur souhaité. Les câbles XLR sont facilement disponibles, produits en masse et de haute qualité – parfaits pour presque toutes les applications.

Cependant, les micros qui utilisent ces câbles nécessitent une amplification externe, telle qu’une carte son ou une table de mixage, ce qui peut s’avérer peu pratique ou au-dessus de vos moyens, surtout si vous utilisez un micro pour une application non musicale.

Scarlett Solo – l’une des interfaces audio pour débutants les plus populaires

carte son externe Scarlett Solo

Les alternatives comprennent :

Câbles XLR vers USB. Ces câbles sont plutôt mauvais. Ils n’offrent pas d’alimentation fantôme, ont des problèmes de firmware et, à l’exception de rares circonstances, je ne recommanderais à personne de les utiliser.

Microphones USB. Bien que les microphones USB soient parfois raillés par les snobs de l’équipement, l’avancée de la technologie, des médias sociaux et de YouTube a eu une influence positive sur l’accessibilité des microphones de haute qualité connectables par USB.

Des modèles tels que l’AT2020 offrent aux podcasters et aux streamers une fidélité et une commodité à un prix raisonnable que les microphones traditionnels ne pouvaient offrir il y a vingt ans.

Microphones sans fil. Utilisant Bluetooth ou des émetteurs, les microphones sans fil sont fréquemment utilisés pour les spectacles en direct, les séminaires et la communication en coulisses.

Imaginez que les talkies-walkies puissent reproduire des signaux audio de haute qualité et précis, pouvant être enregistrés ou amplifiés.

Cessez maintenant d’imaginer cela – car les microphones sans fil existent. Ils sont polyvalents et offrent un grand nombre d’applications au-delà du monde musical.

Amplification

Comme évoqué précédemment dans l’article, les microphones nécessitent une amplification pour que leurs signaux soient lisibles.

Bien que leurs circuits convertissent l’audio en un signal électrique, ce signal est généralement extrêmement silencieux – de -60 dBV à -40 dBV.

A titre de comparaison, un signal typique Line – entrée directe d’un synthé ou d’une guitare – sera de 0 dbV.

Pour contrer le silence des microphones, il existe quelques méthodes d’amplification permettant d’entendre (ou de lire numériquement) leur signal.

Les préamplis, disponibles sous forme de matériel autonome ou intégrés aux tables de mixage et aux interfaces audio, effectuent une tâche très simple. Ils augmentent le niveau du signal d’un microphone pour le rapprocher du « niveau ligne », rendant ce qu’il capte réellement audible.

De nombreuses interfaces audio, préamplis et mixeurs sont équipés d’une alimentation fantôme, que vous pouvez également voir sous la forme d’un interrupteur 48V sur certains de ces matériels.

Essentiellement, l’alimentation fantôme est vitale pour le processus de conversion susmentionné des microphones à condensateur, car elle fournit un courant électrique au microphone. Sans ce courant, le microphone serait incapable d’amplifier et d’enregistrer le moindre son, même s’il est relié à une source d’amplification externe.

Les microphones dynamiques et la plupart des microphones à ruban, en raison de leurs méthodes distinctes de conversion du signal, ne nécessitent pas d’alimentation fantôme.

Comme pour les guitares et les pianos, vous pouvez également utiliser un ampli piano numérique, en supposant que vous ayez les bons câbles pour le faire, mais cela ne fonctionnera généralement qu’avec des microphones à ruban et dynamiques, car la plupart des systèmes d’amplification et de sonorisation ne fournissent pas d’alimentation fantôme.

Comment choisir un microphone

PFIOU. Enfin. Le charabia technique est terminé. J’espère que vous avez retenu la plupart des informations que nous avons présentées ci-dessus, mais si ce n’est pas le cas, tout est pardonné.

Sortir la phrase « Savez-vous qu’une fine feuille de mylar fritté à l’or est essentielle pour créer une réponse en fréquence détaillée dans les microphones à condensateur » ne vous vaudra probablement pas une ovation dans les soirées. Néanmoins, passons à autre chose.

Qualité de la construction

Les microphones chinois bon marché (et les produits en général) sont souvent déplorés pour leur mauvaise fabrication, ce qui peut entraîner une distorsion, un affaiblissement ou tout simplement un dysfonctionnement des signaux du microphone après une utilisation minimale.

Avec le soin et la considération appropriés, la plupart des microphones contemporains qui ne sont pas des contrefaçons chinoises bon marché – et même beaucoup d’entre eux sont assez robustes de nos jours – devraient être suffisamment bien construits pour la plupart des petites applications.

Si la qualité de fabrication n’est pas le critère le plus important pour le home studio amateur, les artistes en tournée qui doivent constamment transférer un micro d’un point A à un point B, puis parfois à un point C, doivent penser à la durabilité du micro au moment de choisir.

Bien que les micros dynamiques soient souvent les meilleurs à cet égard, un micro dynamique mal construit peut toujours être plus susceptible d’être endommagé qu’un micro à ruban bien construit, la qualité de fabrication est donc toujours un élément à prendre en considération.

Budget

Eh bien, oui. Évidemment. Néanmoins, il faut le dire, l’adage « vous en avez pour votre argent » est tout simplement exact pour la plupart des équipements musicaux.

Cela dit, si votre budget est vraiment faible, il peut être intéressant d’envisager un micro de marque chinoise moins durable mais très respecté, comme un iSK ou un MXL – dont la qualité d’enregistrement atteint aujourd’hui des niveaux fantastiques – plutôt qu’un Neumann, par exemple.

Une paire d’éternels SM57 de Shure ou de M179 de CAD ne vous coûtera que quelques centaines de dollars, mais vous offrira toute la polyvalence dont vous avez besoin pour vos microphones.

Bien sûr, pour un studio professionnel, un très bon microphone vous coûtera au moins un demi-million d’euros.

En supposant qu’il soit en bon état, c’est une stratégie populaire de cibler les microphones d’occasion, vous permettant d’économiser potentiellement des centaines de dollars pour une diminution presque invisible des performances par rapport à un microphone prêt à l’emploi.

Ressources disponibles

Avez-vous une carte son ? Avez-vous un microphone XLR à USB ? Avez-vous une station de travail numérique ? Ce sont toutes des choses auxquelles vous devez penser avant d’acheter un micro.

Vous ne pouvez pas simplement sortir, dépenser 1000€ pour un microphone et ensuite vous dire :  » oh, maintenant, comment faire pour que ce truc enregistre vraiment  » ?

Pour tout enregistrement sérieux avec un microphone, vous aurez besoin d’une bonne carte son avant d’en acheter un. Ces interfaces sont essentielles pour amplifier le signal du microphone à un niveau audible.

L’alternative est d’utiliser un microphone qui ne nécessite pas de conversion analogique-numérique supplémentaire, c’est-à-dire un microphone USB.

Les microphones USB sont en train de rattraper leur retard en termes de qualité et constituent une alternative moins onéreuse pour les musiciens occasionnels et les streamers qui ne souhaitent pas s’équiper d’une interface audio, d’une station de travail numérique et de câbles XLR.

Certains microphones, notamment les condensateurs, sont si sensibles que le moindre frôlement peut ruiner complètement votre enregistrement. On néglige souvent la nécessité d’utiliser des supports antichocs et des pieds de micro robustes.

Avant d’acheter votre premier micro, vérifiez l’espace dont vous disposez. Avez-vous besoin d’un pied de micro de bureau ou un pied plus grand répondra-t-il à vos besoins ?

L’idéal serait d’avoir les deux pour enregistrer des instruments, un support au sol pour les voix et un support de bureau pour le streaming/le jeu.

Pourquoi avez-vous besoin d’un microphone ?

La chose la plus importante à considérer est peut-être la suivante : A quoi va vous servir le microphone ? Grâce à Internet, les microphones ont une telle variété de fonctions potentielles que ce que vous achetez pour la musique peut devenir votre meilleur outil de communication pour les jeux.

Musique

Instruments d’enregistrement

L’enregistrement d’instruments avec un microphone est un débat intéressant et quelque peu d’actualité dans l’industrie musicale.

La progression continue des plugins VST pour piano, des instruments numériques intégrés et des convertisseurs analogiques-numériques a théoriquement éliminé la nécessité d’enregistrer tout instrument autre que la voix.

Il est facile de se demander : pourquoi s’embêter à enregistrer des instruments ? Je peux me procurer un VST pour ce violoncelle et cette trompette, ou je peux émuler un ampli de guitare et brancher ma guitare directement dans la prise d’entrée de ligne de mon interface audio, alors quel est l’intérêt ?

Pour certains, cela n’a pas de sens. L’émulation numérique des instruments a atteint une fidélité impressionnante depuis l’éclosion de l’ère Internet, et le coût de ces plugins est en chute libre.

Ceci étant dit, de nombreux musiciens et producteurs (moi y compris) pensent que rien ne vaut le son des vrais instruments et amplis. Il existe une certaine dynamique, une certaine sensation musicale, un certain charme analogique qui ne peut être modélisé, aussi impressionnants que soient les instruments virtuels modernes.

En réalité, il n’y a pas de réponse évidente à la question : pourquoi enregistrer des instruments ? Cela dépend entièrement du genre auquel l’artiste aspire, de son budget et de son équipement actuel. Mais je peux vous dire une chose.

Les studios de musique haut de gamme s’orientent presque toujours vers l’enregistrement des instruments et non vers leur modélisation. Bien que cela dépende naturellement du style musical et des disponibilités d’un artiste donné – il est inutile d’acheter un microphone pour enregistrer un piano si vous n’en possédez pas ! – la musicalité, la polyvalence et le son brut qu’offrent les enregistrements analogiques en direct l’emportent neuf fois sur dix sur la commodité des instruments virtuels.

Différents types de microphones sont destinés à l’enregistrement de différents types d’instruments. Les cordes sont mieux reproduites avec des micros à ruban ou dynamiques, tandis que les condensateurs conviennent bien pour les overheads de batterie ou de guitare.

Il est important de consulter les spécifications du microphone et les avis des utilisateurs pour mieux comprendre son utilisation optimale avant de prendre une décision.

Enregistrement/Interprétation des voix

La réaction immédiate de la plupart des gens aux mots « musique » et « microphones » est… le chant. Le marché des microphones conçus entièrement pour le chant est énorme, et les différences entre ces équipements et d’autres microphones non conçus peuvent être vraiment déroutantes.

En réalité, les « micros vocaux » sont souvent plus polyvalents que ce qu’on leur prête, et il en va de même pour l’inverse.

Quand on est le prochain Jeff Buckley (et je suis sûr que beaucoup de ceux qui lisent ces lignes aspirent à l’être), on prend très au sérieux la diffusion de sa voix au reste du monde, que ce soit sur un MP3 ou dans un stade rempli de milliers de personnes.

Mais il n’y a pas de « meilleur micro » évident pour une personne donnée dans une situation donnée.

Les musiciens et les chanteurs disposent aujourd’hui d’un si grand nombre d’options que votre meilleure chance (comme pour la plupart des équipements) est de les essayer vous-même.

À défaut, des essais de micro pour toutes sortes de budgets et d’applications sont diffusés sur YouTube et les sites de musique, ce qui rend votre décision moins stressante.

Un microphone qui pourrait fonctionner pour votre meilleur ami peut être horrible pour suivre votre voix. Certains microphones ont des réponses claires, d’autres sont plus chauds – certains sont meilleurs pour les voix féminines et les performances en direct, d’autres pour les chanteurs barytons.

Par exemple, Sufjan Stevens a utilisé efficacement un AT4033 pour nombre de ses enregistrements vocaux, mais une voix masculine plus puissante et plus profonde ne sera peut-être pas aussi bien reflétée avec ce microphone.

Radiodiffusion

YouTube/Podcasting/Gaming/Streaming

C’est fou comme l’industrie de YouTube et des podcasts est devenue lucrative ces dernières années. Des superstars comme Pewdipie ont accumulé une valeur nette de plus de 20 millions de dollars US, et le secteur continue de se développer considérablement.

Alors que des professions telles que le podcasting et YouTubing commencent à supplanter la radiodiffusion, nombreux sont ceux qui s’essaient à ce type de travail dans le confort de leur propre maison.

Par le passé, de simples micros de bas de gamme auraient suffi aux enfants, adolescents et adultes amateurs désireux de se lancer dans l’industrie, mais le succès mondial de cette dernière est tel que les investisseurs sérieux dans YouTube et le podcasting ont besoin d’un équipement de meilleure qualité pour répondre à la demande du secteur.

Par exemple, Pewdiepie, déjà mentionné, utilise un AKG Pro C414, un microphone de plusieurs milliers de dollars utilisé pour enregistrer des voix, des guitares acoustiques et, maintenant, la voix de la star de YouTube la plus célèbre de tous les temps.

De nombreux microphones sont aujourd’hui développés et commercialisés en tant que microphones de « gaming » ou de « podcast » – comme le Rode Procaster – mais il va de soi que tout micro permettant d’obtenir des enregistrements de haute qualité du chant donnera des résultats similaires avec la voix parlée.

Un bon microphone d’instrument ou vocal sera plus que suffisant pour la plupart des besoins de base du podcasting et du streaming. À cette fin, beaucoup d’utilisateurs n’auront pas accès à une interface audio ou la possibilité de convertir un microphone traditionnel « XLR » en un signal audio projetable.

Les microphones USB sont un excellent en moyen terme pour ceux qui veulent sérieusement faire de la radiodiffusion à domicile mais qui n’ont pas les fonds, l’espace ou le temps d’investir dans le matériel supplémentaire requis pour les microphones non-USB.

En termes de streaming, certains microphones de casque offrent une amplification de la voix de l’utilisateur extrêmement nette, claire et de qualité professionnelle et sont très pratiques pour remplir l’objectif visé.

Cela dit, les microphones autonomes, qu’ils soient USB ou non, offrent une qualité nettement supérieure à mesure que vous montez en gamme.

Le mot de la fin

Le monde des microphones est un monde compliqué – qu’il s’agisse de la physique, de la transmission des courants électriques ou de l’étendue des options disponibles, aucun article ne peut couvrir complètement les nuances liées au fonctionnement d’un microphone et à son choix. Un livre pourrait le faire, mais qui a le temps pour cela ? (Je plaisante – un livre est une excellente option pour entrer dans le vif du sujet des microphones).

Nous espérons que cet article et son suivi (qui se penchera sur des microphones spécifiques, en donnant des avis, des prix et des résumés de leur application) vous permettront au moins de vous mouiller les pieds dans le glorieux spectre de l’enregistrement audio et d’acquérir suffisamment de connaissances pour choisir en toute confiance un microphone pour n’importe quel désir possible.

Laisser un commentaire