Avis Yamaha DGX-670 : La mise à jour tant attendue du DGX-660!

Le parcours de Yamaha en matière de pianos numériques au cours des dernières années n’a pas été aussi satisfaisant que celui de ses premiers projets. Si nombre de leurs instruments de musique restent en tête …

Le parcours de Yamaha en matière de pianos numériques au cours des dernières années n’a pas été aussi satisfaisant que celui de ses premiers projets.

Si nombre de leurs instruments de musique restent en tête des listes de best-sellers, ils n’ont pas nécessairement été les plus impressionnants ou les plus innovants sur le plan technique.

Cela ne veut pas dire que les instruments de Yamaha sont mauvais, loin de là. Les pianos numériques haut de gamme de Yamaha figurent toujours parmi les instruments les plus performants que vous puissiez acheter, à condition d’en avoir les moyens.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix
Notre note pour le Yamaha DGX-670
  • ✨ Design
  • 🎹 Clavier
  • 🔊 Son
  • 🔍 Fonctionnalités
  • 🔌 Connectivité
4.3

Notre avis sur le Yamaha DGX-670

Le Yamaha DGX-670 propose une nette amélioration par rapport à ses prédécesseurs, offrant des sons de haute qualité et des fonctionnalités d’accompagnement étendues. Les nouveaux échantillons sonores issus d’instruments haut de gamme Yamaha et les options de personnalisation rivalisent avec les meilleures workstations. Cependant, la mécanique des touches GHS est passable, et le poids du DGX-670 peut être un inconvénient pour les musiciens amenés à se déplacer régulièrement. Si vous appréciez les accompagnements riches et des sons de qualité, c’est un excellent choix, mais les pianistes purs peuvent trouver de meilleures options ailleurs. Yamaha offre un rapport qualité/prix intéressant avec ce modèle.

Avantages

  • Interface utilisateur bien conçue
  • Grande variété de sons
  • Échantillons Yamaha CFX inclus
  • Nombreuses options de personnalisation
  • Excellente connectivité
  • Nombreuses fonctionnalités amusantes

Inconvénients

  • Mécanique tout juste acceptable
  • Haut-parleurs pas particulièrement puissants
  • Pas très portable
  • Pas de sortie stéréo dédiée

Alors que des sociétés comme Casio et Roland ont mis à jour leurs moteurs sonores et leurs mécaniques au fil du temps, Yamaha a apparemment conservé les mêmes caractéristiques pendant près d’une décennie, n’apportant que des améliorations progressives (si tant est qu’il y en ait).

Cela a changé avec la sortie relativement récente du Yamaha PSR-E373. Alors que l’instrument lui-même ressemble à une autre amélioration mineure de la série PSR, Yamaha a trouvé l’or avec un simple changement de formule.

Au lieu d’utiliser les mêmes vieux sons, Yamaha a porté les sons de ses instruments haut de gamme. Il s’agit notamment d’un piano à queue de concert dérivé de leur Tyros à 2500 €, ce qui fait du PSR-E373 une proposition de valeur impressionnante.

Il n’est donc pas surprenant qu’ils tentent de reproduire ce succès avec le Yamaha DGX-670 qui se positionne parmi les meilleurs pianos numériques à moins de 1000 euros. Voyons ce qu’il en est.

Caractéristiques techniques Yamaha DGX-670

  • Clavier : 88 touches entièrement lestées avec touches noires mates
  • Mécanique : Graded Hammer Standard (GHS)
  • Sensibilité à la vélocité : Oui
  • Affichage : LCD 480×272 (+ fonction d’affichage de la partition et des paroles)
  • Moteur sonore : Yamaha CFX
  • Polyphonie : 256 voix
  • Nombre de sonorités : 630
  • Nombre de rythmes d’accompagnement : 263 (Single Finger, Fingered, Fingered On Bass, Multi Finger, AI Fingered, Full Keyboard, AI Full Keyboard, Smart Chord)
  • Nombre de morceaux : 100
  • Modes : Séparé, Double
  • Effets : Reverb : 58 types, Chorus (106 types), DSP (295 types), Compresseur (5 types), Egaliseur (5 types)
  • Enregistreur MIDI : 16 pistes
  • Enregistreur audio USB : WAV (44,1 kHz, 16 bits, stéréo)
  • Fonctionnalités supplémentaires : Métronome, transposition, réglage fin du son
  • Haut-parleurs : 6W + 6W (12cm x 2 + 5cm x 2)
  • Connectiques : USB, sortie casque, entrée auxiliaire, entrée micro, prise pour pédale de sustain
  • Dimensions : 139,7 x 44,5 x 15,1 cm
  • Poids : 21,4 kg
  • Date de sortie : Janvier 2021

✨ Design

Le piano numérique Yamaha DGX-670

En termes de design, le DGX-670 a subi une refonte massive, et je dois dire qu’il s’agit d’une nette amélioration par rapport au DGX-660.

Alors que les modèles DGX précédents ressemblaient à des instruments de la série PSR-E à prix modique (bien que dotés de meilleures touches et d’un écran moins bon), le DGX-670 semble beaucoup plus haut de gamme.

La conception du Yamaha DGX-670

La plus grande différence entre les nouveaux modèles est la construction du boitier. Bien que le châssis soit toujours en plastique, il a une texture lisse qui le rapproche de la série P de Yamaha, ce qui est un avantage indéniable.

L’une des raisons justifiant cette construction plus rationalisée et plus légère est le label “Portable Grand”, que le DGX-670 partage avec ses prédécesseurs.

Cela dit, je considère personnellement que l’appellation “portable” est une erreur de marketing. Le DGX-670 est massif, avec ses dimensions impressionnantes de 139,7 cm (L) x 44,5 cm (P) x 15,1 cm (H) et ses 21,4 kg. Pour référence, il est plus lourd que des pianos de scène haut de gamme comme le Nord Stage 3 88 (19 kg), dont le corps est entièrement en métal !

Si vous êtes musicien, tenez compte du poids.

C’est l’un des pianos “portables” les plus lourds que vous trouverez sur le marché, et 21,4 kg, c’est beaucoup d’efforts à faire sur vos épaules.

Les couleurs du piano numérique Yamaha DGX-670

En termes de construction, le DGX-670 est convenable. Bien que je ne qualifierais pas ces plastiques de durables ou de magnifiques, ils sont bien construits et vous ne devriez pas être confronté à des problèmes de flexion ou de grincement pendant l’utilisation.

Le DGX-670 est disponible en noir et en blanc, et les deux se ressemblent. Sur la version blanche, le texte reste parfaitement visible grâce à un bon choix de polices, donc je dirais que votre choix se résume à une préférence personnelle.

Contrôles

Si vous avez lu l’une de nos critiques, vous savez que nous aimons beaucoup les interfaces utilisateur bien conçues. C’est particulièrement vrai pour les claviers dotés d’une multitude de fonctions. Si vous ne pouvez pas accéder à la multitude de fonctions de manière efficace, ces claviers sont inutiles.

Heureusement, le DGX-670 est doté d’une interface utilisateur bien conçue.

Les contrôles du Yamaha DGX-670

Le DGX-670 est doté d’un système de contrôle redessiné. La nouvelle disposition ressemble davantage à celle du PSR-SX900 de Yamaha, qui est l’un de leurs meilleurs instruments.

Les boutons sont le principal moyen d’interagir avec cette interface, et ils sont corrects. Les boutons en caoutchouc souffrent peut-être un peu en termes de retour tactile, mais ils sont solidement maintenus en place et ne vacillent pas.

Par ailleurs, je ne suis pas un fan des boutons au toucher caoutchouteux en raison de mauvaises expériences antérieures concernant leur longévité, mais ce n’est pas quelque chose que j’ai pu tester.

Pour la plupart des boutons contextuels (comme la sélection de la partie de l’arrangeur), des voyants indiquent l’état de la fonction, ce qui est une touche agréable qui facilite l’utilisation.

Les boutons du Yamaha DGX-670

Pour la navigation et le volume, vous disposez de deux boutons. Ceux-ci semblent être des vestiges de l’ancien DGX-660, mais je ne peux pas m’en plaindre. Les boutons sont une chose que les anciens DGX avaient bien réussie.

Enfin, parlons de l’écran, qui est ma partie préférée du DGX-670.

Les anciens modèles DGX utilisaient un écran monochrome 320×240, qui était fonctionnel, mais assez daté. En revanche, le DGX-670 est équipé d’un écran couleur 480×272, ce qui le rend plus net puisque la taille de l’écran est restée la même.

L'écran du Yamaha DGX-670

L’ajout de couleurs à un écran peut sembler un gadget au premier abord, d’autant plus que la plupart des fonctionnalités restent les mêmes. Cependant, l’ajout d’une dimension de contraste supplémentaire facilite la mise en œuvre des repères visuels, et les menus finissent par être beaucoup plus faciles à lire et à interpréter.

La mise en page contribue également à la fluidité de la navigation. Personnellement, j’avais besoin du manuel pour comprendre le DGX-660 (ainsi que d’autres instruments similaires comme le Korg Krome EX). Ce n’est plus le cas avec la nouvelle conception.

Le pavé numérique pour le changement de son n’existe plus, et vous avez maintenant des commutateurs de catégorie comme ceux que l’on trouve sur les pianos de scène. Certaines personnes pourraient déplorer la perte de la possibilité de changer rapidement de son en tapant leur identifiant, mais vous disposez d’une alternative plus moderne, à savoir les enregistrements et les dossiers.

Les contrôles du DGX-670

Pour le contrôle de l’accompagnement du style, il y a maintenant plus de boutons. Personnellement, je ne suis pas un fan des “boutons polyvalents” que l’on trouve sur de nombreux claviers, car ils peuvent être assez déroutants. Le DGX-670, en revanche, est très simple, ce qui facilite grandement son apprentissage et sa maîtrise.

Si je devais faire un seul reproche à tout cela, ce serait l’absence de support tactile de l’écran. Cependant, il s’agit d’un point de détail, car il n’a pas d’impact négatif sur l’utilisation, grâce à une bonne prévoyance de la part de Yamaha.

En résumé, l’interface utilisateur du DGX-670 est excellente et permet de le contrôler très facilement. Si vous voulez faire quelque chose avec le DGX-670, il y a de fortes chances que vous puissiez le faire même sans le manuel, ce qui n’est pas un mince exploit pour un instrument aussi riche en fonctionnalités.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

🎹 Clavier

Le clavier du DGX-670

Le DGX-670 utilise la mécanique Graded Hammer Standard (GHS) de Yamaha, qui est utilisée par Yamaha pour ses instruments économiques destinés aux débutants et aux intermédiaires, comme le piano de console YDP-144.

Les 88 touches sont de taille normale et pondérées. Comme l’indique le nom “GHS”, le clavier est également gradué, les touches inférieures étant plus lourdes que les touches supérieures.

L'action des touches du DGX-670

Les touches noires et blanches sont en plastique et ont une texture lisse et brillante (les touches noires ont plutôt un aspect satiné).

Si vous avez les mains moites, l’utilisation prolongée devient un peu difficile, et il vous faudra peut-être un peu de temps pour vous y habituer si vous êtes tributaire de la prise en main des touches texturées.

Les touches du DGX-670

L’intérêt d’une action de touche réaliste est de simuler la sensation d’un vrai piano acoustique et les touches GHS y parviennent très bien. Les dynamiques sont réalisables et vous pouvez également modifier la courbe de vélocité si vous n’aimez pas les paramètres par défaut.

Cependant, je ne dirais pas que les touches sont extraordinaires.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la mécanique du GHS souffre de quelques problèmes. En termes de retour tactile, les touches ont un retour qui semble un peu élastique, ce qui affecte le jeu.

Cela dit, l’action des touches est fonctionnelle, et on peut dire qu’elle convient bien à la palette sonore variée du DGX-670. Alors que les sons de piano bénéficient d’un certain poids sur les touches, les orgues et les synthétiseurs peuvent en fait bénéficier d’une action moins réaliste.

Le mécanisme des touches du DGX-670

J’aurais aimé que le DGX-670 comprenne l’action GH3, qui était présente sur le YDP-164. Il s’agit d’une amélioration par rapport à l’action GHS et le réalisme est nettement meilleur.

Je dirais que les touches sont l’aspect le plus faible du DGX-670, ce qui est plutôt le signe que le reste de l’instrument est excellent.

Des discussions en ligne avancent la théorie selon laquelle Yamaha a délibérément utilisé une touche plus ancienne pour ne pas aliéner les utilisateurs de claviers plus haut de gamme, et cette théorie pourrait avoir un certain poids.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

🔊 Son

Le son de piano du DGX-670

Outre l’action des touches, le son d’un piano numérique est l’autre aspect essentiel qui fait qu’un piano numérique vaut la peine d’être acheté.

Le DGX-670 offre un total de 601 sons et 29 kits de batterie. En comparaison, le dernier DGX-660 ne proposait que 539 sons et 15 kits de batterie.

Voici les catégories suivies d’une brève description :

  • Piano & E.Piano – Comprend des sons de pianos, de clavecins et de pianos électriques.
  • Orgue et accordéon – Comprend les orgues électriques et les orgues à tuyaux, ainsi que quelques variantes de basses.
  • Guitare et basse – Comprend les guitares acoustiques et électriques, ainsi que les basses (y compris les variétés synthétiques).
  • Strings & Choir – Comprend les cordes orchestrales et certains instruments à cordes exotiques comme le koto. Comprend également un petit nombre de préréglages de voix de chorale.
  • Brass & Woodwind – Comprend des variantes échantillonnées et synthétisées d’instruments d’orchestre à cordes. Comprend également un assortiment d’autres sons à base de vent comme les harmonicas et les sifflets.
  • Drums – Comprend les kits de batterie utilisés en mode accompagnement et certains effets sonores.
  • Synth & Pad – Comprend des pistes synthétisées, des pads et des arpèges séquencés.
  • Sons General MIDI et General MIDI 2 – Jeu de sons alternatif utilisé pour la compatibilité.

Lorsque l’on parle des sons du DGX-670, il convient d’évoquer les différents moteurs de génération de sons utilisés. Il peut être déroutant pour les nouveaux utilisateurs de réaliser qu’il y a des sons en double avec des étiquettes de type différentes.

Modélisation par résonance virtuelle (VRM)

La technologie VRM du DGX-670

Il s’agit d’un moteur sonore de piano semi-modélisé, conçu pour les pianos droits et les pianos de concert. Ce moteur sonore est copié sur les pianos haut de gamme CLP Clavinova de Yamaha (bien qu’il ne soit pas aussi complet que les pianos numériques haut de gamme).

Le DGX-670 propose au total 9 sons de piano acoustique VRM.

Cette technologie est principalement axée sur les résonances qui se produisent à l’intérieur d’un piano acoustique lorsque les cordes vibrent.

Par exemple, lorsqu’une touche est jouée avec la pédale d’étouffoir enfoncée, les harmoniques font vibrer les cordes environnantes, ce qui produit des harmoniques douces.

Ce n’est pas quelque chose qui peut être simulé uniquement par des échantillons, et c’est quelque chose que la plupart des autres entreprises ont également mis en œuvre.

Super Articulation (S.Art)

Les sons Super Articulation sont des préréglages spéciaux réalisés à partir de plusieurs types d’échantillons différents. Ce moteur sonore a été utilisé pour la première fois sur le Genos, tandis qu’une version allégée a été utilisée sur le PSR-E373 récemment sorti.

Ce moteur sonore fonctionne en suivant votre jeu. Les aspects que vous pouvez contrôler comprennent la dynamique de votre jeu et si vous jouez legato ou staccato.

Les sons Super Articulation du DGX-670

Dans sa forme la plus simple, vous pouvez basculer entre deux types d’échantillons différents selon que vous jouez doucement ou fort.

Par exemple, pour la plupart des sons de guitare, si vous jouez normalement, vous obtenez le son typique d’une corde de guitare qui vibre. Toutefois, si vous jouez des notes en fortissimo, vous déclenchez une variation sonore différente.

Les sons S.Art peuvent également être assignés à une pédale. Par exemple, avec un son de basse slap, vous pouvez ajouter des notes mortes à votre jeu en appuyant sur la pédale assignée. Notez qu’à ma connaissance, cela n’est possible qu’en utilisant les triples pédales correspondantes.

Il y a au total 49 voix de Super Articulation sur le DGX-670.

Natural !

Les sons Natural !, Cool !, Sweet !, Live ! et MegaVoice suivants sont issus du workstation Tyros de Yamaha.

Les sons Natural ! utilisent des techniques d’échantillonnage spécialisées. Cela n’est pas vraiment expliqué en détail, mais d’après ce que j’ai pu constater, les sons marqués du label “Natural !” sont échantillonnés en stéréo et semblent être mixés pour convenir à un contexte classique, tout en incluant une certaine réverbération de la pièce.

Il semble qu’elle soit principalement axée sur les instruments acoustiques en direct, tels que les pianos.

Il s’agit toutefois d’une technologie plus ancienne, et pour les sons qui ont des variantes VRM et Natural !, je préfère à chaque fois les sons VRM, même si les différences sont très subtiles.

Il y a au total 11 voix Natural ! sur le DGX-670.

Cool !

Les sons Cool ! sont principalement axés sur les instruments électriques tels que les pianos électriques, les orgues et les guitares électriques.

Ce qui est intéressant, c’est que ces sons sont enregistrés à l’aide d’amplificateurs réels, contrairement à d’autres sons qui peuvent passer par des amplificateurs et des simulations basés sur des logiciels.

Le problème que je rencontre avec ces sons est le chevauchement avec les sons S.Art. Dans le cas où je souhaite utiliser une guitare basse, je dois choisir entre les versions dynamiques de S.Art et le son des variantes Cool !

Quoi qu’il en soit, un plus grand choix n’est jamais une mauvaise chose. Il y a un total de 53 voix Cool ! sur le DGX-670.

Sweet !

Les sons Sweet ! sont des échantillons mono avec un vibrato enregistré. Ces sons sont également dotés d’une ambiance intégrée pour un son plus naturel.

Heureusement, le vibrato enregistré est généralement subtil et permet d’ajouter un peu de naturel à votre jeu plutôt que d’être envahissant.

Malheureusement, le fait que les échantillons soient mono nuit, d’autant plus que la plupart des autres sons utilisent des échantillons stéréo. Cependant, j’ai un faible pour le preset Sweet ! Jazz Flute, qui sonne très bien avec le vibrato légèrement retardé.

Il y a un total de 26 voix Sweet ! sur le DGX-670.

Live !

Les sons Live ! sont des instruments acoustiques stéréo mixés pour sonner au premier plan, ce qui les rend parfaits pour une partie principale. Ils comprennent des pianos, des guitares et des parties orchestrales.

Il y a au total 68 voix Live ! sur le DGX-670.

MegaVoice

Les sons MegaVoice ne sont pas conçus pour être joués normalement sur le clavier, mais plutôt pour être joués pendant les accompagnements et les chansons. Au niveau le plus élémentaire, cela peut être décrit comme les sons S.Art, mais à un niveau drastique.

Par exemple, alors que les sons S.Art permettent de passer d’un style de jeu à l’autre sur les mêmes instruments, les préréglages MegaVoice peuvent même vous permettre de passer d’un instrument à l’autre.

Cette fonction est utile lorsque vous devez passer d’un son à l’autre à la volée. Cependant, le DGX-670 propose d’autres méthodes pour ce faire, et celles-ci sont sans doute plus flexibles grâce à l’édition plus détaillée que vous pouvez effectuer.

Il y a un total de 23 MegaVoices sur le DGX-670.


Live ! Drums

La batterie Live ! Drums, tout comme les presets Live ! évoqués précédemment, sont des sons de batterie avec des échantillons stéréo et un mixage plus frontal et central. Si vous êtes un batteur au doigt, ces sons vous conviendront probablement.

Notez que ces sons sont également utilisés comme sons de batterie pour les modes et les rythmes d’accompagnement.

Regular

Les autres sons sont étiquetés “Regular” et ne sont pas vraiment étiquetés comme ayant un moteur sonore spécifique. Cependant, ils semblent similaires à ceux de l’ancienne unité DGX-660, qui utilise le moteur sonore Pure CF.

Cette catégorie couvre tous les autres sons et, bien qu’ils n’aient pas d’étiquette sophistiquée, ils ne sonnent pas si mal.

Il n’y a pas d’amélioration de l’échantillonnage ou de techniques d’enregistrement sophistiquées en jeu ici, mais comme nous l’avons déjà dit, les échantillons de Yamaha sont toujours de bonne qualité.

Étant donné que la plupart des instruments nécessitant des échantillons réalistes ont déjà été couverts par d’autres technologies plus sophistiquées, le bon vieil échantillonnage PCM fonctionne très bien pour compléter la palette sonore.

Couvrir chaque type de son en détail prendrait beaucoup trop de temps, je vais donc me concentrer sur les sons de piano et couvrir quelques autres sons que j’ai trouvés dignes d’intérêt.

Pianos

Les pianos basés sur le VRM sont de loin la partie la plus impressionnante de cette banque de sons. Le preset CFX Concert Grand (basé sur le VRM, pas la version Natural !) est particulièrement intéressant, car il a un son vraiment impressionnant.

Les sons de pianos du DGX-670

Ce n’est pas surprenant, car le préréglage CFX Concert Grand est tiré des Clavinovas haut de gamme actuels de Yamaha, qui coûtent plus cher que le prix demandé pour le DGX-670. En tant que proposition de valeur, le DGX-670 en vaut vraiment la peine.

Le son du piano lui-même est vraiment bien échantillonné, comme on pouvait s’y attendre de la part des fabricants originaux du piano à queue de concert CFX. Le piano à queue de concert CFX est réputé pour sa sonorité claire et équilibrée qui s’intègre aussi bien dans les contextes classiques que modernes, et la version échantillonnée ne déroge pas à la règle.

Comme indiqué précédemment, certains de ces préréglages de piano utilisent la technologie VRM de Yamaha pour ajouter davantage de réalisme aux sons.

D’autres préréglages de piano sont également disponibles, mais je me suis retrouvé à utiliser par défaut le CFX Grand pour la plupart de mes besoins en matière de piano.

Les autres sons de pianos du DGX-670

Vous pouvez également modifier le son du piano grâce au logiciel Piano Room de Yamaha. Accessible via le bouton dédié, vous pouvez faire apparaître un menu dédié qui vous permet d’apporter des modifications au son du piano avec un retour d’information visuel.

Les options proposées ici pâlissent en comparaison avec des offres similaires telles que Piano Designer de Roland. Cependant, les personnes qui, comme moi, ne comprennent pas toutes les subtilités de la construction d’un piano apprécieront sans doute le menu plus simple et moins encombré.

Les paramètres modifiables sont les suivants

  • Type de piano
  • Position du couvercle
  • Environnement
  • Master Tuning
  • Luminosité
  • Sensibilité au toucher
  • VRM

Mon réglage préféré est celui de l’environnement. Bien qu’il s’agisse d’une simple unité de réverbération portant un nom particulier, les algorithmes utilisés sonnent très bien et peuvent constituer un moyen efficace de modifier rapidement le son.

Il convient également de noter qu’un piano électrique est également disponible dans le paramètre Piano Type. Il n’est pas accessible en tant que voix dans la liste par défaut, alors assurez-vous d’essayer ce piano électrique, il n’est pas négligeable et est comparable aux autres préréglages E. Piano.

Autres sons remarquables

Les autres sons du DGX-670

J’ai toujours eu un faible pour les sons E. Piano de Yamaha, en particulier leurs magnifiques sons DX, qui émulent leurs synthés FM classiques qui ont défini les sons des années 80. Bien que d’autres sociétés s’en approchent, Yamaha a toujours eu l’avantage de l’authenticité.

Les guitares de Yamaha font partie de mes préférées dans l’industrie, et la plupart des voix sont excellentes. Si les guitares acoustiques sonnent naturellement grâce au dynamisme supplémentaire apporté par les sons S.Art, les guitares électriques sont également très amusantes, surtout si vous jouez avec la molette de pitch.

Les orgues sont également excellents, en particulier les orgues électriques et les orgues de jazz.

Certaines des variations S.Art de ces sons ont une vitesse rotative variable, ce qui est très agréable à jouer, car le contrôle de la vitesse par la vélocité est beaucoup plus réactif que l’utilisation d’une molette de modulation.

Enfin, il y a les sons de cuivres et de bois en solo. Yamaha n’a pas hésité à mettre en avant le preset Saxophone dans ses démos en ligne, et c’est parce qu’il est vraiment excellent.

Une fois que vous vous êtes habitué aux différentes articulations et à la manière de les contrôler, vous pouvez obtenir des interprétations qui sonnent étrangement réalistes.

Si vous avez l’occasion de tester le DGX-670, essayez de tester le plus grand nombre de sons possible, car il y a une tonne de joyaux cachés dans les banques de sons.

Effets

Les effets du DGX-670

Les effets du DGX-670 ne semblent pas faire l’objet d’une grande attention, ce qui m’a surpris. L’ensemble du système d’enchaînement des effets rappelle les pianos de scène à part entière, et un rapide coup d’œil à l’architecture sous-jacente montre qu’elle est vraiment puissante.

Voyons ce que vous pouvez faire avec les effets.


Reverb

Les effets de réverbération permettent d’ajouter une sensation d’espace aux sons que vous jouez. Ce paramètre est distinct du paramètre Environnement du menu Piano Room, ce qui signifie que vous pouvez utiliser les réverbérations sur d’autres sons également.

L’unité de réverbération dédiée est dotée de 58 algorithmes différents.

En fonction de l’algorithme sélectionné, vous pouvez modifier différents paramètres qui changent le caractère de la réverbération.

La reverb du DGX-670

Chorus

Cette section comprend des effets de modulation tels que des chorus, des flangers, des phasers, des trémolos et des émulations de haut-parleurs rotatifs. Ces effets ajoutent de la richesse et du mouvement à vos sons et sont couramment utilisés pour élargir le son des pianos électriques, des orgues et des synthétiseurs.

Au total, cette section comprend 9 réverbérations, 7 délais et 16 effets de modulation. Les effets conservés de l’ancien DGX-660 sont également disponibles sous le label “Legacy”.


Effets DSP

L'effet DSP du DGX-670

La section des effets DSP offre une multitude d’options différentes. En termes de catégories, vous avez la réverbération, le délai, la distorsion, l’égalisation, les compresseurs, la modulation, le sous-échantillonnage et la wah-wah.

Si vous êtes comme moi et que vous aimez modifier les sons pour les rendre uniques, vous allez vous éclater avec ces effets. Certains des nouveaux effets sont tirés des workstations de Yamaha, et ils sont tout à fait à la hauteur.

L’aspect intéressant de tous ces effets, quelle que soit la section à laquelle ils appartiennent, est qu’ils sont dotés de commandes réglables.

Il ne s’agit pas non plus de simples boutons de mixage dry/wet, vous disposez d’un degré de personnalisation similaire à celui que vous attendez d’un workstation telle que la série MODX de Yamaha.

Par exemple, avec les unités de réverbération, vous pouvez contrôler la longueur de la réverbération, la diffusion, le temps de retard, l’amortissement des hautes fréquences, les filtres passe-haut, les filtres passe-bas, la densité, le feedback, etc.

Les préréglages du DGX-670

Cela peut être déconcertant si vous n’êtes pas familier avec l’utilisation des effets, mais heureusement, la plupart des effets que j’ai testés sont livrés avec des paramètres par défaut qui sonnent bien. Il est simplement agréable d’avoir plus de contrôle si vous le souhaitez.

Vous pouvez charger jusqu’à 5 effets DSP en plus de la réverbération et du chorus.

Bien qu’il y ait beaucoup de possibilités de réglage, il n’est pas facile d’effectuer les changements. Il faut plonger dans les menus et l’élégance que j’ai louée pour l’interface utilisateur semble s’évanouir lorsqu’il s’agit de modifier le FX.

Cependant, ce n’est pas l’objectif principal du DGX-670, donc je le considère comme un bonus agréable et bienvenu.


Egaliseur principal

L'égaliseur du DGX-670

L’ajout de tous ces effets peut rendre le son de sortie un peu désordonné. Pour y remédier, vous disposez d’un égaliseur et d’un compresseur situés juste avant la sortie.

L’égaliseur lui-même est un égaliseur à 5 bandes avec des fréquences prédéfinies de 80 Hz, 500 Hz, 1,0 kHz, 4,0 kHz et 8,0 kHz. Bien qu’il soit impossible de modifier les bandes de fréquences, il est possible de modifier leur largeur (via la commande Q) et leur amplitude.

En outre, cet égaliseur peut également être utilisé comme outil de modelage du son, ce qui peut s’avérer utile si vous utilisez le DGX-670 avec un groupe.


Compresseur principal

Enfin, un compresseur principal permet de contrôler la dynamique de la sortie principale.

Le compresseur dispose de tous les éléments de base, y compris un seuil, un ratio et un contrôle du gain d’appoint (bien que les étiquettes puissent sembler un peu bizarres pour les utilisateurs expérimentés).

Si vous préférez mixer visuellement, le compresseur principal offre une belle représentation visuelle de la réduction du gain.


Résumé sur les sons

La banque de son du DGX-670

Le DGX-670 est excellent en ce qui concerne sa banque de sons. Les nouvelles voix tirées d’instruments haut de gamme brillent vraiment et vous n’avez que l’embarras du choix avec les sons 601. Comme on peut s’y attendre, tous les sons ne sont pas exceptionnels, mais les bons sons sont bien plus nombreux que les mauvais.

La section d’effets est également étonnamment impressionnante, rivalisant avec celles que l’on trouve sur les workstations axées sur la scène, comme le MODX de Yamaha.

Bien que la plupart des gens achètent le DGX-670 pour ses capacités d’arrangement et d’accompagnement, vous pouvez l’utiliser comme un module de sons très compétent si vous n’avez pas peur de vous plonger dans les menus.

Je dois même féliciter le DGX-670 pour sa flexibilité.

En tant que piano numérique pur, le DGX-670 fonctionne bien avec les touches CFX Grand et GHS.

En tant qu’instrument d’arrangement, la large palette de sons compétents est un bon complément.

Si vous êtes prêt à consacrer un peu de temps à la préparation (et à supporter son poids), vous pouvez même utiliser le DGX-670 comme un piano de concert.

Polyphonie

La polyphonie du DGX-670

Qu’est-ce que la polyphonie ?

La polyphonie est le nombre de notes qu’un piano numérique peut produire en même temps.

La plupart des pianos numériques contemporains sont équipés d’une polyphonie de 64, 128, 192 ou 256 notes.

Vous vous demandez peut-être comment il est possible de jouer 32, 64 ou même 128 notes en même temps, s’il n’y a que 88 touches et que nous ne les jouons jamais toutes en même temps.

Tout d’abord, de nombreux pianos numériques actuels utilisent des échantillons stéréo, ce qui nécessite parfois deux notes, voire plus, pour chaque touche jouée.

En outre, l’utilisation de la pédale de sustain, des effets sonores (réverbération, chorus), du mode double (superposition) et même du tic-tac du métronome occupe des notes supplémentaires de polyphonie.

Par exemple, lorsque vous appuyez sur la pédale de sustain, les premières notes jouées continuent de sonner pendant que vous en ajoutez de nouvelles, et le piano a besoin de plus de mémoire pour que toutes les notes sonnent.

Un autre exemple de consommation de polyphonie est celui de la lecture d’un morceau (qui peut également être votre propre performance enregistrée) ou de l’accompagnement automatique.

Dans ce cas, le piano aura besoin de polyphonie non seulement pour les notes que vous jouez, mais aussi pour la piste d’accompagnement.

Lorsque vous atteignez le plafond de polyphonie, le piano commence à laisser tomber les premières notes jouées afin de libérer de la mémoire pour les nouvelles notes, ce qui affecte la qualité et l’ampleur du son.

Vous aurez rarement besoin des 192 ou 256 voix de polyphonie en même temps, mais dans certains cas, vous pouvez atteindre les limites de 64 ou même 128 notes, surtout si vous aimez superposer plusieurs sons et créer des enregistrements multipistes.

Il est souhaitable d’avoir au moins 64 notes de polyphonie.

Le DGX-670 est doté d’une polyphonie de 256 notes, soit une légère amélioration par rapport aux 192 notes de son prédécesseur.

Les claviers d’arrangeur bénéficient d’une polyphonie élevée, surtout lorsque vous commencez à utiliser les accompagnements et les rythmes.

Chaque son joué augmente l’utilisation de la polyphonie et, compte tenu de l’intensité de certains de ces jeux, vous vous féliciterez d’en avoir autant à votre disposition.

Haut-parleurs

Le Yamaha DGX-670 utilise un ensemble de 4 haut-parleurs frontaux pour projeter son son. De chaque côté, le DGX-670 dispose d’un double haut-parleur composé d’un haut-parleur principal de 12 cm et d’un haut-parleur d’aigus de 5 cm.

Le fait d’avoir 4 haut-parleurs est généralement considéré comme une bonne chose, car les gammes de fréquences spécifiques ont leurs propres haut-parleurs dédiés. Cependant, le DGX-670 souffre de n’avoir que 6 W par côté, ce qui n’est pas une grande puissance.

Les haut-parleurs du DGX-670

À l’usage, les haut-parleurs du DGX-670 sont un peu décevants. Ils ne rendent pas service aux voix, et les subtilités des différents moteurs sonores se perdent lorsque vous les entendez via les haut-parleurs intégrés.

Cela dit, vous pouvez toujours utiliser les haut-parleurs pour une pratique à domicile. Lorsque vous jouez à un volume raisonnable, la réponse dynamique des haut-parleurs est satisfaisante et vous pouvez vous exercer au piano sans problème, les erreurs et les différentes intensités de jeu étant exprimées clairement et distinctement.

En termes de projection et d’amplitude, les haut-parleurs peuvent être assez puissants, mais la qualité du son en pâtit. L’augmentation du volume n’a fait qu’aggraver les problèmes, les sons commençant à s’embrouiller dès que l’activité s’intensifie.

Pour une pratique générale, je recommanderais d’utiliser une paire de bons écouteurs pour une meilleure expérience audio, car les sons sont vraiment brillants avec le bon matériel.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

🔍 Fonctionnalités

Bien que le DGX-670 soit étiqueté comme un piano à queue portable, son héritage est en fait l’un des pianos arrangeurs de milieu de gamme de Yamaha. C’est pourquoi il possède de nombreuses autres caractéristiques qui méritent d’être abordées.

Modes

Le DGX-670 ne dispose pas exactement des modes duo et de partage à bouton unique que l’on trouve habituellement sur les pianos numériques, mais ils sont possibles grâce aux différentes voix par partie.

Tout d’abord, expliquons comment le DGX-670 traite une “partie”. Chaque partie comporte trois sections différentes : la partie “Main”, la partie “Layer” et la partie “Left”.

La partie principale est le son actuellement sélectionné. Par exemple, lorsque vous démarrez le preset CFX grand par défaut, les échantillons CFX constituent votre partie principale.

Le mode duo du DGX-670

La partie Layer est une autre couche vocale qui joue à côté de la partie Main. Si vous souhaitez superposer des sons de cordes avec le grand instrument CFX mentionné précédemment, vous devez l’affecter à la partie Layer.

Enfin, si vous souhaitez diviser le clavier en deux moitiés, vous pouvez assigner un son à la partie gauche. Ce son ne sera joué que si vous jouez des notes à gauche du point de partage prédéfini, que vous pouvez choisir.

Le mode split du DGX-670

Il faut un peu de temps pour s’habituer à l’attribution des parties, mais cela devient assez intuitif une fois que l’on a dépassé la courbe d’apprentissage. De plus, la plupart des styles sont livrés avec des combinaisons prédéfinies qui conviennent à l’ambiance de l’accompagnement, ce qui vous évite de passer trop de temps dans les menus.

Mode d’accompagnement

Si vous ne savez pas comment fonctionne le mode d’accompagnement, sachez qu’il simule votre participation à un groupe en suivant les accords joués par votre main gauche et en construisant une boucle instrumentale complète.

Le mode accompagnement du DGX-670

Cela semble magique, mais cette technologie existe depuis près de vingt ans. La véritable maturité de ce logiciel réside dans le réalisme du son des pistes arrière. Nous avons parcouru un long chemin depuis les sons irréalistes du début des années 90, et le DGX-670 peut produire un son tout à fait convaincant.

Si vous voulez voir ce dont la DGX-670 est capable, la plupart des démos sur Youtube montrent ses prouesses entre les mains d’experts.

Le DGX-670 est livré avec un total de 263 styles. Il s’agit de 215 styles Pro, 19 styles Session et 29 styles Pianist. Comme les voix, les styles sont également classés en catégories auxquelles vous pouvez accéder en appuyant sur le bouton correspondant.

Les styles eux-mêmes sont configurés de telle sorte que vous n’aurez pas besoin de les modifier beaucoup. Une fois que vous avez trouvé un style qui vous plaît, il charge automatiquement les voix, les instruments d’accompagnement et les paramètres d’effet correspondants, ce qui rend l’expérience très simple.


Jouer les styles

Pour commencer à jouer avec les styles, appuyez sur le bouton SYNC START et jouez les premières notes de votre chanson. Le logiciel fera le reste en suivant vos accords.

En ce qui concerne le suivi des accords, par défaut, le DGX-670 suit vos accords sur l’ensemble du clavier en utilisant le mode AI Full Keyboard, ce qui est différent de la façon dont la plupart des claviers d’arrangeur le font. Ce mode peut être modifié dans les menus, mais je l’ai trouvé suffisamment “intelligent” et je n’ai pas rencontré d’erreurs, même lorsque j’utilisais des accords plus “colorés”.

La plupart des méthodes classiques de suivi des accords sont disponibles, de sorte que si vous passez l’une des certifications officielles de clavier d’arrangeur, le DGX-670 suffira pour tous les niveaux.

À l’aide des commandes de style, vous pouvez faire progresser votre chanson à travers différentes sections. Il y a les sections A à D, qui augmentent l’intensité de l’accompagnement au fur et à mesure que vous montez dans les lettres, et les boutons d’intro, d’outro et de break, qui lancent les sections correspondantes.

Si vous venez du PSR-E373, le fait d’avoir 4 parties principales différentes peut vous sembler très libérateur, car c’est le double des deux variations dont vous disposez sur le PSR-E373.

Je trouve assez amusant que le passage de la section A à la section D ne soit pas un simple basculement binaire. Lorsque vous passez d’une section à l’autre, un fill est joué avant de passer à la section suivante, ce qui est bien plus dynamique que d’avoir à appuyer sur un bouton de fill séparé.

Notez qu’il est possible d’assigner la commutation de section à l’une des pédales connectées, ce qui est un bon moyen de garder les mains sur les touches pendant le jeu.

Chaque style comprend jusqu’à 8 parties, dont le rythme, la basse et d’autres instruments. Par exemple, dans un style funk, il y a non seulement la batterie et la basse slap, mais aussi les guitares funk et les cuivres qui interviennent à des intensités plus ou moins élevées.

Si vous préférez des pistes d’accompagnement plus simples, Yamaha propose deux “modes” commutables qui vous offrent une version plus dépouillée des rythmes.

Lorsque le bouton ACMP est désactivé, seule la batterie est jouée, tandis que lorsque le bouton SIMPLE est activé, seules la batterie et la basse sont présentes.


Mixage

Le mixage sonore du DGX-670

En parlant d’activité, il se peut que vous n’aimiez pas le mixage sonore par défaut. C’est là qu’intervient le mixeur.

Dans la section du mélangeur, vous pouvez régler le volume de chaque partie du style et appliquer les effets d’égalisation et de traitement numérique des signaux des parties mentionnés précédemment.

Si la plupart des styles semblent bien sonner dès la sortie de la boîte, j’ai l’impression que les instruments d’accompagnement ont tendance à être un peu trop forts, ce qui risque de prendre le pas sur les sons principaux que vous jouez.

Heureusement, ces changements sont très rapides. Il y a un bouton MIXER/EQ sur le panneau avant, et les faders de volume sont faciles à utiliser grâce à l’écran et à la disposition des boutons.


Styles d’adaptation

Adaptive Styles, d’après ce que j’ai pu voir, est une nouvelle fonctionnalité qui fait ses débuts sur le DGX-670.

Bien que ce nom pompeux fasse penser à un robot-band basé sur l’IA, il est en fait beaucoup plus simple et, si j’ose dire, élégant.

En fonctionnement de base, vous passez de la section A à la section D en appuyant sur un bouton ou sur la pédale correspondante. Yamaha estime qu’il s’agit là d’une façon de faire assez désuète et préfère passer automatiquement d’une section de style à l’autre.

Les points de changement sont déterminés en fonction de l’intensité et du nombre de notes que vous jouez. Je n’étais pas convaincu que cela fonctionnerait, mais le fait de l’essayer donne l’impression que c’est tout à fait naturel. Comme pour le changement par bouton, le changement de section n’est pas instantané, et la période de grâce entre le remplissage de fin de mesure et la nouvelle section vous laisse une grande marge de manœuvre.

Tous les styles ne prennent pas en charge cette fonctionnalité, et vous ne pouvez la tester qu’avec les styles dotés de la balise “Adaptive”, mais je pense qu’il s’agit là d’une solution d’avenir viable pour les modes d’accompagnement.


Créateur de style

Personnellement, c’est la fonction qui m’a le plus enthousiasmé avant mon playtest. Normalement, avec les claviers arrangeurs, vous êtes limité aux styles par défaut conçus et conservés par le fabricant.

Bien que je sois satisfait des styles du DGX-670, j’aime avoir la possibilité de déployer mes muscles créatifs. Le Style Creator me permet justement de le faire, bien qu’il y ait une courbe d’apprentissage.

En utilisant le créateur de style, vous pouvez, en théorie, créer vos propres styles personnalisés. J’ai essayé de créer ma propre boucle et cela a fonctionné… en quelque sorte.

J’ai commencé par enregistrer un rythme de batterie en utilisant le finger drumming. J’ai ensuite ajouté une ligne de basse qui suivait le kick et la caisse claire. Enfin, j’ai ajouté un son de synthétiseur et quelques cordes pour étoffer la boucle. Après avoir équilibré le volume, j’ai terminé.

Cela semble assez simple, et vous pouvez répéter cette opération pour chaque section différente, en jouant des variations pour que les choses sonnent différemment. Si vous trouvez les parties de batterie ou de basse trop difficiles à jouer en une seule fois, vous pouvez également ajouter des éléments à des enregistrements existants, en les construisant sur plusieurs boucles.

Le problème que je rencontre est la méthode d’entrée. Vous devez jouer chaque partie à la main, ce qui n’est jamais aussi précis que le séquençage. C’est très bien si je veux une sensation naturelle, mais avec les styles, vous voulez quelque chose d’aussi proche de la perfection que possible.

D’après ce que j’ai pu constater, il n’y a pas d’options de quantification (ce qui verrouille votre jeu sur une grille), et il n’y a pas de moyen de séquencer. C’est un peu compréhensible, car le DGX-670 n’est pas un workstation, mais cela rend la conception de styles personnalisés un peu plus difficile que je ne le souhaiterais.

Le plus souvent, vous utiliserez le Style Creator pour mélanger et assortir des éléments d’autres styles, ce qui est un peu compliqué (même avec le manuel à mes côtés). Après un peu de bricolage, j’ai réussi à remplacer les boucles de batterie de certains styles par d’autres boucles préexistantes.


Unisson et accent

Le mode Unisson permet aux instruments d’accompagnement de suivre vos lignes de tête, ce qui permet d’obtenir un son plus riche en répétant vos mélodies principales avec plusieurs instruments.

Le mode Accent adapte le rythme d’accompagnement, en ajoutant des arrêts dynamiques ou des remplissages en fonction de l’intensité de votre jeu.

Personnellement, je pense que le mode Accent fonctionne très bien. Il faut s’y habituer, car il faut savoir comment sonnent les accents pour les intégrer efficacement dans son jeu.

Cependant, une fois que j’ai mémorisé les remplissages personnalisés et que j’ai pris des notes mentales sur l’arrangement souhaité, j’ai réussi à obtenir des boucles au son assez dynamique.

Pour le mode Unisson, je ne suis pas très convaincu. J’ai trouvé ce mode quelque peu odieux, d’autant plus que j’ai trouvé les instruments d’accompagnement un peu bruyants par défaut. La première fois que j’ai réussi à le faire fonctionner, j’ai été impressionné par sa réactivité, mais l’effet de nouveauté s’est vite estompé, car il ne s’agissait au fond que d’une couche glorifiée de ma main droite.

Enregistrement et lecture de chansons

Les enregistrements du DGX-670

Si vous souhaitez enregistrer vos performances, le DGX-670 est équipé d’un enregistreur multipiste, ce qui représente une amélioration considérable si vous venez de pianos numériques classiques qui ne comprennent qu’un enregistreur à une ou deux pistes.

Sur le DGX-670, vous pouvez enregistrer jusqu’à 3 pistes de clavier, ainsi que les pistes de “style” qui couvrent les rythmes d’accompagnement et les instruments. Bien que vous disposiez de 16 pistes au total, les styles et les rythmes occupent apparemment les 13 emplacements restants, de sorte que vous ne pouvez pas enregistrer vos propres parties personnalisées.

Les enregistrements sont sauvegardés au format MIDI, ce qui vous permet de les modifier a posteriori, par exemple en mettant en sourdine ou en réenregistrant des parties spécifiques. Vous pouvez ensuite sauvegarder les morceaux enregistrés sur une clé USB externe.

Les formats d'enregistrement du DGX-670

Le DGX-670 étant équipé d’une vue partition, vous pouvez également voir vos enregistrements sous la forme d’une partition musicale. Il s’agit d’une nouveauté, mais je peux tout à fait imaginer des cas d’utilisation intéressants où un enseignant partage des partitions personnalisées avec ses élèves.

Vous pouvez également transférer vos morceaux au format audio (WAV, 44,1 kHz, 16 bits, stéréo), ce qui est une fonction intéressante si vous ne souhaitez pas avoir à connecter le DGX-670 à un DAW.

Connectivité du microphone

Si vous êtes/travaillez avec un chanteur, le DGX-670 est doté d’une entrée microphone et comprend également des effets de mixage vocal courants qui rendent inutile l’utilisation d’un mélangeur vocal externe.

Le menu du mélangeur de microphones comprend la plupart des réglages courants des microphones en direct :

  • Égaliseur à 3 bandes
  • Compresseur
  • Noise Gate
  • Réverbération
  • Chorus
  • Niveau de réduction du bruit

C’est tout ce dont vous avez généralement besoin pour le mixage basé sur la voix. Nous avons déjà parlé de l’utilisation d’un égaliseur, d’un compresseur, d’une réverbération et d’un chorus dans les sections précédentes, et la fonctionnalité ici est similaire.

Le noise gate coupe le micro à moins que l’entrée ne dépasse un certain volume. Cette fonction est utile si vous utilisez le microphone dans un environnement bruyant, car seules vos voix seront captées.

Si vous souhaitez personnaliser davantage vos effets vocaux, vous pouvez également appliquer les effets DSP décrits dans la section Sons.

Le réducteur de bruit est conçu pour les annonces. Lorsqu’il est activé, le volume de votre accompagnement et de votre jeu est réduit lorsque quelqu’un parle dans le microphone.

Lecture audio par USB

Si vous choisissez de lire des morceaux à partir d’une clé USB, Yamaha propose quelques paramètres permettant d’adapter l’entrée audio.

Vous disposez d’options d’étirement du temps et de décalage de la hauteur, qui, pour être franc, n’ont pas donné de bons résultats. En théorie, cela vous permet de faire monter ou descendre la chanson d’une octave sans changer la vitesse de lecture, ou vice versa. En pratique, cela fonctionne, mais la qualité du son n’est pas bonne.

Il y a aussi le Vocal Cancel de Yamaha, qui semble appliquer une large coupure d’égalisation et quelques astuces de phasage au morceau pour réduire le volume des voix.

Affichage de la partition/notation musicale

L'affichage des partitions du DGX-670

Je n’ai pas beaucoup joué avec cela au-delà des chansons incluses, mais le DGX-670 vous permet d’afficher les partitions des chansons. Cela fonctionne même avec les fichiers MIDI importés.

Si une chanson possède un fichier de paroles correspondant (il semble que ce soit une exclusivité), même les paroles peuvent être affichées à l’écran. Alors que la plupart des musiciens de studio ont commencé à utiliser des iPads, il est agréable de voir que le DGX-670 intègre de telles fonctions sans coût supplémentaire.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

🔌 Connectivité

La connectivité du DGX-670

En termes d’options de connectivité, le DGX-670 remplit la plupart des conditions, mais ne dispose pas de la prise la plus importante pour un instrument comme le sien.

Une prise jack TRS 6,35 mm sert de sortie casque, qui sert également de sortie principale pour la connexion aux amplificateurs en raison de l’absence de sorties stéréo dédiées.

L’entrée microphone est une prise jack 6,35 mm TRS. Il n’y a pas de contrôle de gain physique, mais il est possible de le régler à partir des menus du logiciel.

Le DGX-670 est doté de quelques options de connectivité Bluetooth de base.

Si vous le souhaitez, vous pouvez jouer des morceaux ou des pistes d’accompagnement directement à partir de vos appareils reliés par Bluetooth. Cependant, le MIDI via Bluetooth n’est malheureusement pas pris en charge.

L'arrière du DGX-670

Si vous ne voulez pas compter sur la connexion Bluetooth, vous pouvez également utiliser la prise d’entrée AUX, qui est de type 3,17 mm mini TRS.

Le port USB de type A situé sur le panneau avant permet de connecter des clés USB pour l’enregistrement de morceaux ou la lecture audio.

Enfin, le panneau arrière comporte un port USB-Host de type B, qui vous permet de transmettre des données MIDI et audio à un logiciel d’enregistrement sur ordinateur. Cela signifie que vous pouvez utiliser les excellents sons intégrés dans votre logiciel d’enregistrement sans avoir besoin d’une interface audio externe.

Vous l’avez probablement déjà remarqué, mais le DGX-670 est dépourvu de sorties stéréo dédiées, ce qui est très regrettable compte tenu de son excellente sonorité et de son potentiel d’utilisation en concert.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes prêt à travailler avec des convertisseurs, vous pouvez contourner les limitations.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

🧰 Accessoires

Le modèle de base DGX-670 est livré avec les éléments suivants :

  • Manuel d’utilisation
  • Adaptateur CA et cordon d’alimentation
  • Support à partition
  • Commutateur au pied

Comme toujours, je dois rappeler aux acheteurs potentiels de vérifier la tension de l’adaptateur secteur, afin de s’assurer qu’elle est compatible avec le réseau électrique de votre pays. Ceci est particulièrement important si vous importez le DGX-670 d’un revendeur étranger.

Les accessoires du DGX-670

Yamaha DGX-670 avec un pied L-300 et des pédales LP-1

En termes d’utilisation, le DGX-670 de base est livré avec tout ce dont vous avez besoin pour commencer à jouer. La pédale de sustain est un peu décevante, mais elle fonctionne.

Je recommanderais d’acheter le pied du DGX-670(L-300) et/ou le système de triples pédales(LP-1) si possible. Bien que ce ne soit pas absolument nécessaire, les triples pédales ont beaucoup d’utilité (que vous pouvez personnaliser !).

Casques d’écoute

Le casque pour le DGX-670

Les casques d’écoute sont très pratiques lorsque vous souhaitez vous entraîner en privé, en vous concentrant uniquement sur votre jeu sans déranger les autres personnes à proximité.

De plus, une bonne paire d’écouteurs fournira un son plus clair et plus détaillé que les haut-parleurs embarqués.

Consultez ce guide pour savoir comment choisir les écouteurs les plus performants pour votre clavier.

Le piano numérique Yamaha DGX-670
  • Thomann
    Voir le prix
  • Woodbrass
    Voir le prix

📝 Le mot de la fin

Le DGX-670 est vraiment une nette amélioration par rapport à ses prédécesseurs. En fait, je pense que Yamaha aurait dû le rebaptiser DGX-770, compte tenu de l’ampleur de l’amélioration qu’il a apportée.

Si certains aspects du DGX-660 restent inchangés, comme les touches GHS et les haut-parleurs à faible puissance, presque tous les autres aspects ont fait l’objet d’une révision massive pour le meilleur.

À mon avis, les deux meilleurs aspects du DGX-670 sont ses sons et ses fonctions d’accompagnement.

Une grande partie des nouveaux sons du DGX-670 proviennent d’instruments Yamaha haut de gamme tels que les workstation Tyros et les pianos numériques Clavinova, qui coûtent tous deux plusieurs fois plus cher que le DGX-670. Les haut-parleurs ne rendent peut-être pas justice aux sons, mais avec un casque, ces nouveaux échantillons sont excellents.

Les accompagnements bénéficient également de manière tangentielle des bons échantillons, car de meilleurs instruments signifient des pistes d’accompagnement plus détaillées. À cet égard, vous pouvez réaliser des accompagnements beaucoup plus complexes qu’avec les DGX précédents, grâce aux sections de style supplémentaires.

Le DGX-670 offre également de nombreuses possibilités de personnalisation, qui rivalisent avec celles des workstations. Vous pouvez ajouter des effets, effectuer un mixage détaillé par partie, personnaliser les points de partage, enregistrer plusieurs enregistrements et même créer vos propres styles.

Tout cela s’accompagne d’une refonte bien pensée de l’interface utilisateur qui facilite grandement l’utilisation du DGX-670. L’approche rationalisée s’applique également à la partie logicielle, la plupart des fonctions que vous souhaitez utiliser étant facilement accessibles.

Le prix du DGX-670 est un point que je n’ai pas beaucoup abordé dans cet article. Toutes ces fonctionnalités sont proposées à un prix étonnamment bas, en concurrence avec de nombreux pianos numériques dépouillés destinés aux débutants.

Cela ne veut pas dire qu’il s’agit de l’instrument idéal pour tout le monde.

La mécanique des touches GHS est passable, mais il existe de meilleures alternatives. Si vous êtes avant tout un pianiste qui veut un bon clavier pour s’entraîner, vous feriez mieux d’acheter quelque chose d’autre. J’aurais vraiment aimé que Yamaha utilise son clavier GH3 pour le DGX-670, mais il est ce qu’il est.

Par ailleurs, l’étiquette “Portable Grand” apposée sur le DGX-670 est un mensonge. Même sans le support de type meuble, le DGX-670 est incroyablement lourd. Si vous êtes un musicien qui doit être constamment en déplacement, le DGX-670 peut faire l’affaire, mais votre dos et vos épaules en souffriront probablement à long terme.

Cela dit, est-ce que je recommande le DGX-670 ? Si vous êtes quelqu’un qui aime jouer avec des accompagnements, alors c’est un oui facile. À l’heure actuelle, aucun autre clavier d’arrangeur n’offre autant de possibilités dans cette catégorie de prix.

Si vous êtes avant tout un pianiste, j’y réfléchirais à deux fois avant d’appuyer sur la gâchette. Le CFX Concert Grand est très bien échantillonné, mais les haut-parleurs médiocres et le clavier GHS signifient que vous pouvez trouver de meilleures options ailleurs, potentiellement pour un prix moins élevé, surtout si vous êtes prêt à renoncer aux fonctions d’accompagnement.

En fin de compte, je dirais que Yamaha a le vent en poupe. Le DGX-670 est un instrument très complet qui sonne bien, qui se contrôle facilement et qui est bourré de fonctions. Il sera intéressant de voir comment les futurs instruments Yamaha continueront à être axés sur le rapport qualité/prix.

20 réflexions au sujet de “Avis Yamaha DGX-670 : La mise à jour tant attendue du DGX-660!”

      • Bonjour
        Merci bcp pour toutes ces informations fort intéressantes. Je possède un DGX670 depuis 6 mois, pour ma part il me convient très bien, il y a même des fonctions dont je ne me servirai jamais, car je ne suis qu’amateur et je le resterai.
        j’ai un casque et lorsque je le branche les hauts parleurs de l’instrument ne se coupent pas et aucun son ne sort du casque pourriez-vous m’aider à utiliser cette fonction que je ne la trouve pas très explicite dans le manuel. D’avance merci, cordialement.

        Répondre
        • Bonjour et merci pour votre commentaire.
          Cela me parait étrange à première vu. Avez-vous asseyez avec un autre casque ou écouteurs ? Le problème vient peut-être de ces derniers..
          Peut-être que l’instrument est dans un mode et que cela rentre en conflit avec votre casque.
          En espérant avoir pu vous aider un minimum.. Nos lecteurs sauront sûrement mieux vous informer que moi car je ne possède plus le Yamaha DGX-670.
          L’équipe LePetitMusicien.

          Répondre
        • Bonjour
          Je découvre par hasard votre post.
          Avez vous résolu votre problème ?
          Si non, allez voir dans Menu/Menu2 /Utility/Config1
          Vous avez plusieurs choix pour le réglage de la sortie Casque.
          L’un coupe le son des hauts parleurs quand on branche un casque
          L’autre envoie le son sur les hauts parleurs ET le casque

          Répondre
  1. Bonjour. Super article qui m’a décidé à acheter le dgx 670. Sons extras, bon clavier..je le trouve très bien pour ce tarif. J’avais peur qu.il soit un peut juste niveau puissance mais que ce soit avec les HP ou au casque c’est suffisant pour mon séjour. J’ai une petite question, j’ai essayé de mettre en mémoire sur une banque un morceau avec un fichier Wavre.. mais quand je rappelle le titre dans la bank, ça charge bien les mémoires mais pas le fichier Wavre, il me faut aller le chercher sur ma clé USB..est ce qu’il me faut enregistrer la registration sur ma clé aussi? Ou j’ai du oublier un truc .

    Répondre
    • Bonjour, merci pour votre retour, cela nous aide pour continuer à vous fournir les meilleurs informations possible!
      Malheureusement je ne saurai vous aider, je n’ai plus le Yamaha DGX-670 entre les mains et je n’ai plus le souvenir de la navigation dans le piano numérique.
      Peut-être qu’un de nos lecteurs pourra vous aider à tirer ca au clair.. Mais si ca peut servir je dirai que oui il faut peut-être mettre le nécessaire sur votre clef USB.
      L’équipe LePetitMusicien.

      Répondre
  2. Bonjour, merci pour ce retour sur le dgx670 que je viens d’acheter.
    J’avais une question concernant le piano room
    Dans cette section, en mettant le piano cfx, je n’ai pas l’environnement cathédrale (effet reverb) disponible..
    Est ce normal à votre avis..
    j’ai demandé à Yamaha mais ils me disent que si l’effet n’est pas dispo sur le dgx il ne me sera pas possible de l’activer..
    Pourtant sur certaines vidéos de you tube ou autres.. je vois bien cet effet disponible sur le piano room…
    A noter que je n’ai pas encore le pédalier et le stand..
    merci pour votre aide

    Répondre
    • Bonjour, avez-vous essayé avec un bon casque ? Les haut-parleurs peuvent mal retranscrire la sensation de réverbération. Cela ne reste que mon avis mais dans mes souvenirs il me semble avoir était quelque peu déçu de l’effet cathédrale la jugeant peu imposante comme on pourrai s’y attendre en sorti de haut-parleurs. Peut-être aussi que certain son de piano s’y prête beaucoup moins. Dans tous les cet effet fait bel et bien parti du Yamaha DGX-670 rassurez-vous. Si vous ne voyez aucune différence avec un casque n’hésitez pas à vous rendre dans une boutique spécialisé la plus proche de chez vous.
      En espérant avoir pour vous aider.
      L’équipe LePetitMusicien.

      Répondre
  3. merci bien pour votre réponse.
    Je cherche encore pour pouvoir sélectionner cet effet sur le clavier..pour le moment je n’ai pas réussi.
    Bien cordialement

    Répondre
    • Avez-vous regardez la vidéo s’intitulant “Démonstration du piano numérique YAMAHA DGX-670” de la chaine Sévénénant Musique ? Car à 2mn40sc il utilise l’effet que vous recherchez il me semble.
      En espérant que cela puisse vous aider. Cordialelement
      L’équipe LePetitMusicien.

      Répondre
  4. Bonjour Je cherche un formateur en Seine-et-Marne, sur le clavier DGX670. Quelqu’un pourrait-il prendre contact avec moi ? Merci

    Répondre
  5. Bonjour j’ai acheté un DGX 670 en avril 2021 je joue plus ou moins 2 heures pas jour. J’ai une touche, le do du milieu, qui produit un petit bruit sec directement sur la touche. Comme si la touche avait une usure. Ça a commencé aujourd’hui je ne sais comment éliminer ce bruit.
    Quelqu’un a une idée?

    Répondre
    • Bonjour, le problème vient sûrement du mécanisme et je vous conseil de contacter le revendeur afin de voir si une solution est envisageable ou de demander dans un magasin de musique s’ils savent démonter votre piano numérique afin d’y voir plus clair. Bon courage à vous.
      l’équipe LePetitMusicien.

      Répondre
  6. Bonjour,

    Un grand merci pour ce test complet . C’est la première fois que je lis un test aussi détaillé ;-). Je joue sur un clavier midi Studiologic sl88 studio et un vst Pianoteq. L’ensemble me donne vraiment beaucoup de plaisir. En plus des sons disponibles, le DGX-670 m’intéresse pour m’accompagner et progresser dans la pratique de jouer avec un groupe (virtuel). A la lecture de votre article, le clavier n’a pas été le point fort de ce piano. D’ailleurs, c’est également le même que le Yamaha P-S500 qui coûte 2 fois plus cher. Je n’ai pas l’occasion de le tester près de chez moi. Il est vraiment en dessous de mon clavier midi ?

    En vous remerciant,

    Bien à vous,

    Répondre
    • Bonjour, merci beaucoup pour votre retour ! Pour être honnête avec vous, cela fait un moment que je n’ai pas eu les claviers sous la main, et je n’ai pas encore eu l’occasion de tester correctement le StudioLogic SL88. Je dirai que l’avantage des deux pianos numériques que vous avez cité, c’est qu’ils ont un clavier à marteau gradué, et je ne voudrais pas dire de bêtises mais peu de clavier MIDI en sont munis, le StudioLogic possède des détecteur de vélocité qui ne sont pas des mécanique de marteau il me semble. Au touché et au ressenti sous les doigts je pense que le DGGX-670 et le Yamaha P-S500 sont plus intéressant sur le papier, mais, si je peux me permettre, je vous conseil d”essayer un des modèles avant d”acheter afin d’être fixé sur votre futur piano numérique.
      En espérant vous avoir aider.
      LePetitMusicien.

      Répondre
  7. Merci pour votre retour.

    J’ai enfin pu tester les 2 modèles dans le même magasin. C’est un exploit aujourd’hui 😉 Mon choix s’est arrêté sur le DGX-670. Le P-S500 est bien (l’amplification notamment) mais à mon humble avis, cela ne justifie pas le double du prix du DGX. D’autant qu’il faut impérativement une tablette pour utiliser le P-S500 avec l’application Smart Pianist et que cette application ne prend pas toutes les tablettes androïd. Quant au DGX, même si ce n’est pas l’application Smart Pianist, elle lui ressemble beaucoup et puis, c’est du stand alone. Le seul reproche que j’ai pu avoir avec le DGX, c’est le volume sonore au casque. J’ai réalisé les essais avec mon casque, un Beyer DT-990 250 ohms et c’est tout juste. Peut-être essayé un autre casque avec une impédance inférieure et une sensibilité plus élevée.

    Bien à vous,

    Répondre
    • Bonjour, oui en effet, vous avez eu de la chance ! Au moins vous avez pu essayer directement et comparer, maintenant vous êtes fixé!
      Une table de mixage et un disque dur externe pourrai aussi améliorer le volume mais il faut être équipé en conséquence.
      Ravi que vous ayez pu faire votre choix convenablement.
      L’équipe LePetitMusicien.

      Répondre

Laisser un commentaire