Avis Kawai KDP120 : Une mise a jour du Kawai KDP110

Si vous jouez du piano depuis un certain temps, vous avez certainement entendu parler du pedigree de Kawai en tant que fabricant de pianos haut de gamme, tant dans le domaine des pianos acoustiques que …

Si vous jouez du piano depuis un certain temps, vous avez certainement entendu parler du pedigree de Kawai en tant que fabricant de pianos haut de gamme, tant dans le domaine des pianos acoustiques que dans celui des pianos numériques.

Outre leur expertise, il convient de saluer la constance de Kawai, dont les instruments sont des piliers dans la majorité de nos comparatif de pianos numériques.

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le Kawai KDP120, une mise à jour du populaire Kawai KDP-110. Dans notre test de son prédécesseur, nous l’avons félicité pour son excellent rapport qualité/prix, bien au-dessus des meilleurs pianos numériques à moins de 1000 euros.

Notre test sur le piano numérique Kawai KDP120
  • ✨ Design
  • 🎹 Clavier
  • 🔊 Son
  • 🔍 Fonctionnalités
  • 🔌 Connectivité
4.2

Notre avis sur le piano numérique Kawai KDP120

Le Kawai KDP120 maintient la réputation solide établie par son prédécesseur, le KDP110, en offrant une qualité sonore exceptionnelle grâce aux échantillons SK-EX et à une configuration de haut-parleurs stéréo de 20 W de premier ordre. Bien que les améliorations par rapport au KDP110 ne soient pas significatives, le KDP120 reste l’un des meilleurs rapports qualité/prix du marché. Son clavier RHCII est très apprécié, faisant de cet instrument une option idéale pour ceux recherchant un piano numérique de style meuble offrant une esthétique attrayante, un son remarquable et une expérience de jeu satisfaisante.

Avantages

  • Excellents échantillons du piano à queue de concert SK-EX
  • Mécanique RHCII
  • Les deux haut-parleurs de 20 W restent les meilleurs de sa catégorie
  • Bluetooth MIDI désormais inclus

Inconvénients

  • Seulement de légères améliorations par rapport au KDP110
  • Palette sonore est limitée
  • Système de contrôle pouvant être amélioré

Aujourd’hui encore, le Kawai KDP110, âgé de 3 ans, reste un choix populaire parmi les pianistes de niveau débutant à intermédiaire.

En fait, l’annonce du Kawai KDP120 a été une véritable surprise, car 3 ans n’est pas une longue période dans le domaine des pianos numériques.

Si l’on peut être sceptique quant à l’importance de la mise à jour du KDP120, nous avons tout de même quelques espoirs.

Nous avons récemment testé le Kawai ES120, et bien qu’il n’ait pas changé la donne, il a atteint son objectif d’améliorer l’original à tous points de vue.

Voyons si le KDP120 parvient à faire de même.

Caractéristiques techniques Kawai KDP120

  • Clavier : 88 touches entièrement lestées avec touches noirs/blancs mats
  • Mécanique : Responsive Hammer Compact II (RHCII)
  • Sensibilité à la vélocité : Oui
  • Moteur sonore : Harmonic Imaging (échantillons du Concert Grand SK-EX)
  • Polyphonie : 192 voix
  • Nombre de sonorités : 15 sons d’instruments (4 pianos)
  • Nombre de morceaux intégrés : 5 livres de chansons (plus de 200 chansons et exercices)
  • Modes : Double, Duo
  • Fonction d’apprentissage : Oui
  • Enregistreur MIDI : 1 piste (3 chansons)
  • Réglages du son : résonance de l’amortisseur, brillance, réverbération, Virtual Technician (13 paramètres)
  • Fonctionnalités supplémentaires : Métronome, transposition, réglage fin du son
  • Haut-parleurs : 20W + 20W (12cm x 2)
  • Connectiques : USB vers hôte (type B), Bluetooth 4.0 (Audio + MIDI), sortie casque (2), prise pour unité de pédales
  • Dimensions : 136 x 40,5 x 85,5 cm
  • Poids : 37 kg
  • Date de sortie : Août 2021

✨ Design

La série KDP de Kawai est destinée à une utilisation domestique. Cela est évident si l’on considère la conception du grand meuble et le support de style mobilier.

Si vous recherchez un piano numérique Kawai facilement transportable, je vous recommande plutôt d’opter pour l’ES120 de Kawai.

Le design du Kawai KDP120

En termes de dimensions, le KDP120 mesure 136 cm (L) x 40,5 cm (P) x 85,5 cm (H). Son poids est de 37 kg.

Le KDP120 a exactement les mêmes dimensions que le KDP110 original, bien qu’il ait perdu 2 kg par rapport à l’original (bien que cette légère réduction ne rende pas le KDP120 plus portable).

La surface en bois lisse du KDP120 donne l’impression d’un piano acoustique de qualité supérieure, ce qui en fait un meuble crédible qui peut servir de pièce maîtresse de votre salon.

Le KDP120 est disponible en 3 variantes de couleurs. Il s’agit du bois de rose, du noir satiné et du blanc satiné. Le modèle que j’ai testé était la variante en bois de rose, mais je trouve que la variante blanche est la plus frappante. Le blanc sur une finition en bois a quelque chose d’unique et d’exotique.

La fabrication du Kawai KDP120

En termes de qualité de fabrication, le KDP120 est robuste, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de sa structure en bois.

Le KDP120 intègre également quelques fonctions spécifiques au piano dans son châssis. Il est équipé d’un pupitre, d’un couvre-clavier et d’une configuration à trois pédales.

Je voudrais parler en détail de la configuration à trois pédales, car elle est dotée du système de pédales Grand Feel de Kawai. Ce système fait en sorte que chacune des pédales de sustain, de soft et de sostenuto suive les différences que l’on peut ressentir sur de vrais pianos acoustiques.

Les pédales du Kawai KDP120

Bien qu’il s’agisse d’une fonction très mineure (que la plupart des personnes ayant grandi avec des pianos numériques ne remarqueront peut-être même pas), c’est une fonction intéressante que je suis heureux d’avoir, surtout si l’on considère le prix inférieur du KDP120. Une chose dont je me passerais bien, c’est l’interface utilisateur trop simpliste.

Le KDP120 conserve le schéma de commande par combinaison de touches et de boutons de son prédécesseur. Cela signifie que vous devez maintenir enfoncée une touche de fonction et appuyer sur la touche correspondante pour accéder à de nombreuses fonctions du KDP120.

Les commandes du Kawai KDP120

Il existe généralement deux points de vue sur ces systèmes de contrôle.

Du point de vue du minimaliste, le fait d’avoir moins d’encombrement aide le KDP120 à se sentir plus rationalisé et plus propre. De plus, les utilisateurs n’ont pas accès à des « distractions » à portée de main, ce qui peut être un avantage pour se concentrer sur la pratique.

D’un autre côté, cela introduit une courbe d’apprentissage pour le KDP120 qui frustrera sans aucun doute ceux qui veulent utiliser tout ce que l’instrument a à offrir. Bien que vous intériorisiez naturellement les commandes au fil du temps, vous devrez garder le manuel à portée de main dès le début.

Par exemple, si vous souhaitez utiliser une sonorité « double », avec le piano et les cordes superposés, vous devrez vous souvenir de maintenir la touche Sound Select enfoncée, d’appuyer sur la touche A#0, puis sur A0 pour le piano de concert, suivi de la touche E2 pour les cordes.

Les boutons du Kawai KDP120

Nous avons souvent fait remarquer qu’il existe une solution simple à ce problème. Les fabricants pourraient facilement inclure des « antisèches » au-dessus des touches, indiquant aux utilisateurs à quelle fonction correspond chaque touche. Cela faciliterait la navigation, mais je comprends que cela se fasse au détriment de l’interface épurée et minimale.

Quoi qu’il en soit, il existe une solution pour remédier à ces problèmes. Le KDP120 est doté d’une prise en charge MIDI Bluetooth, ce qui vous permet de le connecter facilement à un appareil intelligent sur lequel est installée l’application PianoRemote de Kawai, vous offrant ainsi une interface tactile beaucoup plus conviviale.

Dans l’ensemble, je dirais que le KDP120 est bien conçu. Il a une belle apparence et se sent très bien. Bien que j’aie exprimé mes griefs concernant l’interface utilisateur, il s’agit d’un problème mineur à grande échelle, en particulier si vous souhaitez simplement utiliser le son de piano par défaut sans autres modifications.

🎹 Clavier

Le clavier du KDP120 utilise fondamentalement la mécanique Responsive Hammer Compact II (RHCII) de Kawai, qui est la même que celle du KDP110 original.

Cependant, Kawai a ajouté quelques améliorations qui ont permis d’améliorer légèrement, mais néanmoins de façon notable, la sensation générale.

L'actions des touches du Kawai KDP120

Le RHCII lui-même est aussi bon qu’il l’a toujours été. Les touches des pianos numériques n’étant pas dotées de marteaux physiques, elles doivent s’appuyer sur un mécanisme de marteaux pondérés pour simuler les sensations d’un véritable piano acoustique lorsque les marteaux frappent les cordes.

L’un des principaux atouts des touches RHCII est son système de détection à triple capteur, qui accroît la précision et la qualité de la détection des frappes.

L'action GHA du Kawai KDP120

Ces améliorations ne sont peut-être pas évidentes au premier coup d’œil, mais lorsque vous jouez des phrases rapides, le KDP120 semble plus réactif que d’autres claviers économiques utilisant des configurations à double capteur plus basiques, avec moins de détections de notes manquées.

Le clavier du KDP120 est également gradué, ce qui signifie que les touches des registres inférieurs sont plus lourdes que celles des octaves supérieures, reproduisant ainsi la réaction d’un véritable piano sur le clavier.

En pratique, les touches du RHCII sont très agréables à jouer. Si je devais la décrire en un seul mot, je dirais qu’elle est « confortable ».

Les touches sont un peu légères, mais elles sont suffisamment naturelles pour que je m’y habitue dès la première minute de jeu. Les mécanismes de marteaux de Kawai sont très agréables et la réactivité des touches fait que vous ne ressentez pas la « déconnexion » que vous obtenez normalement avec les claviers d’entrée de gamme.

Les touches du Kawai KDP120

Si le poids réduit vous dérange, vous pouvez également utiliser le paramètre Touch pour modifier les courbes de vélocité, des modifications encore plus détaillées étant disponibles dans les paramètres Virtual Technician.

Les touches sont également légèrement texturées afin d’offrir une certaine adhérence, ce qui renforce encore le facteur de jouabilité.

J’ai mentionné plus tôt que Kawai avait apporté quelques améliorations, et il s’agit de l’ajout d’un coussin aux touches. Cela permet principalement de réduire le bruit du clavier, mais aussi de faire en sorte que les touches s’abaissent de manière plus agréable.

Le clavier du Kawai KDP120

Si vous avez l’occasion de tester le KDP120 avec son prédécesseur, ces différences devraient être évidentes. Bien que le mouvement vers le bas de chaque touche soit identique, le fait que le KDP120 se termine par un « rebond » doux au lieu d’une bosse le rend plus confortable.

Dans notre évaluation du KDP110, nous avons dit qu’il avait « l’une des meilleures actions du marché pour les pianos d’entrée de gamme », et Kawai savait clairement qu’ils avaient une formule gagnante. Bien que le KDP120 n’apporte pas grand-chose de plus, il représente tout de même une amélioration par rapport à l’original.

🔊 Son

Bien que le KDP120 possède des touches qui excellent dans sa catégorie de prix, cela n’aurait pas d’importance si Kawai avait lésiné sur les sons.

Heureusement, le KDP120 ne déçoit pas.

Les 15 sons du KDP120 sont produits par le moteur sonore Harmonic Imaging (HI) de Kawai :

  • Piano : 4 variantes du piano à queue de concert SK-EX
  • E.Piano : Classique et moderne
  • Orgue : Jazz et église
  • Clavecin
  • Vibraphone
  • Cordes : 2 variations
  • Pad : 2 variations

Les lecteurs les plus attentifs se rendront compte qu’il s’agit exactement de la même sélection de sons que sur le KDP110 original. Alors que certains pourraient reprocher à Kawai d’être paresseux, je considère qu’il s’agit plutôt d’une situation de type  » si ce n’est pas cassé, ne le réparez pas « .

Le KDP110 a fait l’objet d’éloges quasi universels pour la qualité de sa sonorité, et cela est dû en grande partie aux excellents échantillons de piano à queue de concert SK-EX qui constituent la base de tous les sons de piano.

Concert Grand Sounds

Le moteur sonore HI du KDP120 n’a rien de tape-à-l’œil. Contrairement à d’autres fabricants de pianos numériques modernes, Kawai ne se concentre pas autant sur la modélisation. Kawai s’est plutôt attaché à capturer la signature sonore de ses meilleurs pianos acoustiques.

Le préréglage « Concert Grand » par défaut du KDP120 est basé sur le piano SK-EX (Shigeru Kawai – EX) de Kawai. Pour les non-initiés, les pianos de concert Shigeru Kawai font partie des produits les plus prestigieux de Kawai.

Le son de piano du Kawai KDP120

Kawai qualifie même le SK-EX de « premier piano du Japon ».

Les échantillons de piano eux-mêmes ne sont pas nouveaux, mais il s’agit plutôt d’une variation provenant du piano numérique haut de gamme CA99 de Kawai, bien que dépouillé pour s’adapter aux limites du moteur sonore HI.

Même avec ces compromis, le préréglage de piano du KDP120 est excellent. Ces échantillons sont parmi les meilleurs que l’on puisse trouver à ce prix.

Les enregistrements sont très détaillés, et même avec les compromis du moteur sonore HI d’entrée de gamme, ils brillent toujours.

La qualité sonore proposée ici est assez impressionnante, surtout si l’on considère que le KDP120 est un instrument d’entrée de gamme. Les basses sont présentes sans être écrasantes, et le haut de gamme est brillant tout en conservant beaucoup de texture.

Je qualifierais également ces échantillons de « naturels ». Contrairement au son des micros rapprochés de Roland ou au son « studio » concentré de Yamaha, les échantillons SK-EX de Kawai ont une sensation d’aération qui vous donne l’impression d’être vraiment assis dans une salle de concert.

Pour résumer cette section, la sonorité piano du KDP120 est excellente, et c’est facilement l’un des meilleurs arguments de vente du KDP120.

Technicien virtuel

Le KDP120 est également équipé du Virtual Technician de Kawai, un outil qui permet aux utilisateurs de personnaliser leurs sons de piano de manière encore plus approfondie.

Par exemple, si vous préférez le son plus sombre d’un piano à queue de concert à couvercle fermé, vous pouvez modifier le caractère des échantillons à l’aide du Smart Mode, accessible par des combinaisons de touches directement depuis le KDP120.

Le technicien virtuel du Kawai KDP120

Il existe 10 préréglages Smart Mode disponibles, allant d’un préréglage Noiseless super propre qui neutralise les riches résonances sympathiques, à un préréglage Full qui fait l’inverse, donnant un son plus grand que nature à la limite de l’irréalisme.

Si vous souhaitez avoir encore plus de contrôle, vous pouvez effectuer des modifications encore plus détaillées en utilisant l’application PianoRemote sur un appareil compatible Bluetooth. Ces paramètres sont au nombre de 13 :

  • Courbe tactile
  • Voix
  • Résonance de l’amortisseur
  • Délai du marteau
  • Simulation de topboard
  • Temps de décroissance
  • Heure de sortie
  • Minimum Touch
  • Tuning Stretch
  • Le tempérament
  • Clé de tempérament
  • Point de demi-pédale
  • Profondeur de la pédale douce

Dans l’ensemble, je considère le Virtual Technician comme un bonus appréciable. Bien que les échantillons SK-EX soient déjà excellents, il est toujours agréable d’avoir quelques options supplémentaires.

Autres sons

Si le KDP120 excelle avec ses sons de piano, les autres presets ne partagent pas nécessairement le même niveau de qualité.

Les sons de piano électrique sont corrects. Il y a un son de type Fender Rhodes et un preset de synthé FM de type DX7. Ils devraient couvrir la plupart de vos besoins en matière de piano électrique.

Le son de piano électrique du Kawai KDP120

Il en va de même pour les orgues. L’orgue de jazz est riche et comprend même une émulation de haut-parleur rotatif convaincante qui reproduit le son caractéristique des instruments réels. L’orgue d’église typique fait pâle figure en comparaison.

Les autres sons couvrent la plupart des besoins de pratique, avec les sons habituels, tels que clavecins, vibraphones, cordes, chœurs et pads.

Bien qu’aucun de ces sons n’ait la même qualité que ceux présentés ci-dessus, ils sont au moins tout à fait décents.

Si je devais formuler une plainte à propos de ces sons, ce serait l’absence de sons de basse. De nombreux claviéristes utilisent des sons de basse en mode split, et c’est une pratique qui n’est pas possible sur le KDP120.

Quoi qu’il en soit, je peux excuser l’absence de sons de basse ici, car le KDP120 n’inclut aucune forme de division du clavier. Gardez cela à l’esprit si vous avez besoin de cette polyvalence supplémentaire.

Effets

Le KDP120 est livré avec deux effets conventionnels, la réverbération et l’effet Brilliance.

L’unité de réverbération vise à émuler le sens de l’espace et est fournie avec 5 algorithmes différents, allant de petites salles de répétition à de vastes cathédrales.

La plupart des sons sont livrés avec un type de réverbération correspondant par défaut, mais vous pouvez le modifier pour qu’il corresponde mieux à vos goûts.

Les effets du Kawai KDP120

L’effet Brilliance est un égaliseur de base qui vous permet d’ajuster la réponse en fréquence des hautes fréquences des sorties du KDP120 sur 20 niveaux différents. J’ai trouvé que le réglage par défaut était parfait, mais vous pouvez le modifier si nécessaire.

Le KDP120 est également doté de l’effet Spatial Headphone Sound (SHS) lorsque vous utilisez un casque. Cet effet vous permet de « déplacer » l’emplacement virtuel du piano pour le rapprocher ou l’éloigner.

De même, il existe des réglages d’égalisation personnalisés conçus pour différents types de casques, tels que les casques fermés, les casques intra-auriculaires ou les casques ouverts. Ces réglages sont accessibles via les paramètres Phones Type.

Haut-parleurs

Le KDP120 est équipé de deux haut-parleurs de 20 W, exactement la même configuration que celle du KDP110 original.

20 watts, ce n’est pas rien, et presque tous les autres pianos numériques à ce niveau de prix font pâle figure en comparaison.

Les haut-parleurs du Kawai KDP120

S’il est vrai que la puissance ne se traduit pas directement par la qualité du son, le fait d’avoir des haut-parleurs puissants signifie beaucoup.

Même à faible volume, ces haut-parleurs peuvent présenter une distorsion réduite et des plages dynamiques améliorées, ce qui se traduit par un son plus agréable.

Pendant la lecture, je dirais que les haut-parleurs du KDP120 produisent un son excellent. Vous pouvez entendre une grande partie des détails de l’échantillon SK-EX, et vous n’avez même pas besoin d’utiliser une bonne paire d’écouteurs pour les entendre.

Si vous avez l’occasion de tester les choses en personne, je vous conseille de prêter attention à l’aération des aigus et à la façon dont les haut-parleurs intégrés parviennent à produire un son large et agréable.

Les haut-parleurs sont orientés vers le bas, ce qui est la norme pour les pianos numériques de type meuble, et sont tout à fait capables de produire un bon volume.

Si vous l’utilisez dans une pièce de taille petite à moyenne, vous devriez vous en sortir même sans amplification externe.

Polyphonie

La polyphonie du Kawai KDP120

Qu’est-ce que la polyphonie ?

La polyphonie est le nombre de notes qu’un piano numérique peut produire en même temps.

La plupart des pianos numériques contemporains sont équipés d’une polyphonie de 64, 128, 192 ou 256 notes.

Vous vous demandez peut-être comment il est possible de jouer 32, 64 ou même 128 notes en même temps, s’il n’y a que 88 touches et que nous ne les jouons jamais toutes en même temps.

Tout d’abord, de nombreux pianos numériques actuels utilisent des échantillons stéréo, ce qui nécessite parfois deux notes, voire plus, pour chaque touche jouée.

En outre, l’utilisation de la pédale de sustain, des effets sonores (réverbération, chorus), du mode double (superposition) et même du tic-tac du métronome occupe des notes supplémentaires de polyphonie.

Par exemple, lorsque vous appuyez sur la pédale de sustain, les premières notes jouées continuent de sonner pendant que vous en ajoutez de nouvelles, et le piano a besoin de plus de mémoire pour que toutes les notes sonnent.

Un autre exemple de consommation de polyphonie est celui de la lecture d’un morceau (qui peut également être votre propre performance enregistrée) ou de l’accompagnement automatique.

Dans ce cas, le piano aura besoin de polyphonie non seulement pour les notes que vous jouez, mais aussi pour la piste d’accompagnement.

Lorsque vous atteignez le plafond de polyphonie, le piano commence à laisser tomber les premières notes jouées afin de libérer de la mémoire pour les nouvelles notes, ce qui affecte la qualité et l’ampleur du son.

Vous aurez rarement besoin des 192 ou 256 voix de polyphonie en même temps, mais dans certains cas, vous pouvez atteindre les limites de 64 ou même 128 notes, surtout si vous aimez superposer plusieurs sons et créer des enregistrements multipistes.

Il est souhaitable d’avoir au moins 64 notes de polyphonie.

Le KDP120 dispose d’une polyphonie maximale de 192 notes. Même avec le mode Dual activé, cela devrait être plus que suffisant pour gérer tous les morceaux que vous lui proposez.

Conclusion sur les sons

Le KDP120 suit les traces de ses prédécesseurs et offre un piano numérique au son excellent. Je dirais que les sons du SK-EX sont ses principaux arguments de vente.

Si vous recherchez un piano numérique qui excelle dans son rôle de piano numérique, le KDP120 ne vous décevra pas.

Le seul reproche que je puisse faire au KDP120 est sa palette sonore limitée. 15 sons, ce n’est pas beaucoup, et vous risquez d’être limité dans votre répertoire d’entraînement.

J’aurais aimé que Kawai nous offre la sélection élargie de 25 sons qu’ils ont utilisée dans leur ES120 (sons de basse inclus), mais je suppose que cela rendrait le schéma de contrôle déjà compliqué encore plus alambiqué.

Quoi qu’il en soit, cela ne change rien au fait que le KDP120 sonne très bien en tant que piano.

🔍 Fonctionnalités

Comme la plupart des pianos numériques modernes, le KDP120 est doté de quelques fonctions qui permettent d’étendre ses fonctionnalités au-delà d’un simple piano numérique.

Fonctions

Voici quelques paramètres importants présents sur le KDP120 :

  • ACCORD – L’accord central du la médian peut être modifié par incréments de 0,5 Hz, dans la plage de 427,0 Hz à 453,0 Hz.
  • TRANSPOSAGE – Cette fonction permet de modifier la tonalité jouée sur une plage de 12 demi-tons.
  • METRONOME – Joue un rythme régulier à des fins d’entraînement, le tempo et la signature temporelle peuvent être réglés.
  • TEMPERAMENT – Disponible via l’application Virtual Technician. Comprend les types de tempérament égal, majeur/mineur pur, pythagoricien, méantone, Werckmeister et Kirnberger, avec une clé de tempérament modifiable.
  • RESONANCE DE L’AMORTISSEUR – Séparé du technicien virtuel, il permet de modifier le taux d’intensité de l’effet de résonance de l’amortisseur.

La plupart des fonctions du KDP120 sont accessibles via les commandes intégrées, bien que vous deviez utiliser l’application de contrôle PianoRemote de Kawai sur votre smartphone relié par Bluetooth pour une édition plus approfondie.

Modes

Le KDP120 comprend le mode double et le mode quatre mains.

Le mode double est ce que l’on appelle communément le « mode couche », et permet de déclencher deux sons simultanément à chaque pression de touche.

Par exemple, vous pouvez superposer des cordes à un son de piano pour obtenir un son riche bien adapté aux ballades.

Le mode couche du Kawai KDP120

Le mode Four Hands ( quatres mains ) divise le clavier en deux moitiés, chacune partageant la même plage d’octaves. Ce mode est utile pour l’enseignement, lorsque le professeur et l’élève partagent le même clavier.

Le mode quatre mains du Kawai KDP120

On remarque l’absence du mode Split, qui permet d’assigner deux presets différents aux côtés gauche et droit du clavier. Cependant, je suppose que c’est normal, étant donné qu’il n’y a pas de sons de basse sur le KDP120.

Enregistrement du KPD120

Kawai a inclus 15 morceaux de démonstration, qui présentent chacun des préréglages inclus avec des morceaux joués par des professionnels.

Il y a également 5 livres de leçons (Alfred’s Basic Piano Library Lesson Book Level 1A & 1B, Burgmüller 25, Czerny 30, Beyer 106) et 40 chansons magiques de concert incluses.

Pour vos propres compositions, le KDP120 vous permet d’enregistrer jusqu’à 3 chansons différentes dans la mémoire interne.

L’enregistrement d’un morceau est assez simple grâce au bouton dédié situé sur le panneau avant.

L'enregistrement du KDP120

La flûte à bec est assez basique. Il n’y a pas de possibilité d’overdubbing ou de parties pour la main gauche et la main droite, ce qui signifie que vous devez réussir la performance en une seule fois.

Il n’y a pas non plus de moyen d’éditer vos enregistrements. Par exemple, si vous décidez d’utiliser le son « Studio Grand » au lieu du son « Concert Grand » par défaut pour un enregistrement, vous devrez repartir de zéro.

Enfin, il y a l’absence de transférabilité. Si vous avez enregistré quelque chose que vous aimez, il n’y a aucun moyen de le transférer hors du KDP120, car il n’y a pas de port pour clé USB.

Bien que la fonctionnalité d’enregistrement de chansons du KDP120 présente de nombreuses limites, elle permet d’enregistrer des idées.

L’application PianoRemote

L'application PianoRemote

L’application PianoRemote de Kawai est disponible sur iOS et Android, et sert de principale application de contrôle pour les instruments numériques de la société. C’est une façon de contourner les commandes par touches et boutons obscurcis du KDP120.

L’application elle-même est assez mal notée (1,9/5 étoiles sur Google Play à l’heure où j’écris ces lignes), mais mon expérience n’a pas été si mauvaise que cela.

L’interface utilisateur de l’application est très agréable (contrairement au design archaïque et proche du prototype de l’application similaire Piano Every Day de Roland). Le fait d’avoir une présentation bien pensée et une interface utilisateur agréable contribue réellement à l’expérience.

Si vous souhaitez contourner le système de contrôle archaïque, l’application pourrait bien valoir le coup d’œil.

Connectivité Bluetooth

Le KDP120 est doté de fonctions audio et MIDI Bluetooth.

Le Bluetooth du Kawai KDP120

L’audio Bluetooth fonctionne de la même manière que les haut-parleurs Bluetooth.

Une fois que vous avez couplé le KDP120 à votre appareil intelligent, vous pouvez lire des pistes d’accompagnement ou des chansons directement à partir des haut-parleurs. C’est très important si l’on considère l’absence de connexion AUX IN analogique sur le KDP120.

Notez que le streaming audio Bluetooth ne fonctionne que dans un sens, et vous ne pouvez pas envoyer de l’audio du KDP120 vers des haut-parleurs externes via Bluetooth Audio.

La fonctionnalité MIDI Bluetooth est une nouveauté sur le KDP120, et facilite grandement l’utilisation de l’application PianoRemote.

Sur l’ancien KDP110, vous deviez utiliser des adaptateurs pour relier votre appareil intelligent au port USB-Host, ce qui s’avérait assez compliqué (sans aucune garantie que votre installation fonctionnerait).

Les réglages du Kawai KDP120

Il ne vous reste plus qu’à coupler votre appareil intelligent via Bluetooth, ce qui permet à l’application PianoRemote de fonctionner immédiatement, sans aucune autre configuration nécessaire.

Le MIDI Bluetooth ouvre également le monde des applications pour smartphones, vous permettant d’utiliser le KDP120 avec des applications de création musicale, évitant ainsi le problème de l’anémique fonctionnalité d’enregistrement embarquée.

🔌 Connectivité

Outre la connectivité sans fil Bluetooth, le KDP120 comprend quelques connexions analogiques qui permettent de l’intégrer à d’autres configurations d’enregistrement ou de performance.

Pour l’utilisation d’un casque, le KDP120 comprend deux prises casque en bas à gauche des touches. Kawai a inclus deux types de prises, une prise jack TRS 6,35 mm et une prise mini 3,17 mm. Cela signifie que tous les types de casques conventionnels devraient être pris en charge.

La connectivité du Kawai KDP120

Pour l’intégration dans des installations d’enregistrement numérique, il y a un port USB-Host qui utilise une connexion USB de type B. Il permet d’utiliser le KDP120 comme un contrôleur MIDI avec une excellente action sur les touches. Cela vous permet d’utiliser le KDP120 comme un contrôleur MIDI avec une excellente action sur les touches.

Notez toutefois que le KDP120 ne prend pas en charge la fonctionnalité audio USB. Cela signifie que vous ne pouvez pas accéder facilement aux échantillons de piano SK-EX dans vos configurations d’enregistrement sans acheter une interface audio supplémentaire.

Il y a également une prise pour pédale, qui permet de connecter les pédales de sustain, soft et sostenuto du Grand Feel au chipset principal.

Les prises du Kawai KDP120

Les options de connectivité du KDP120 sont extrêmement réduites, mais il dispose de tout ce dont vous avez besoin.

Bien sûr, il aurait été intéressant de disposer de sorties stéréo dédiées ou d’un port MIDI à 5 broches, mais il s’agit là d’un luxe dont le public cible n’aurait probablement pas besoin.

Remarque : consultez notre Guide de connexion MIDI pour apprendre à connecter votre piano numérique à un ordinateur, un iPad ou un appareil Android et voir ce que vous pouvez faire une fois la connexion établie.

🧰 Accessoires

Le Kawai KDP120 est livré par défaut avec les accessoires suivants :

  • Manuel d’utilisation
  • Banc assorti
  • Adaptateur de courant alternatif

Le banc fourni présente la même qualité de construction que le reste du KDP120. Bien qu’il ne soit pas réglable, il est solide et confortable. Si l’on considère qu’il est fourni en complément, il n’y a pas grand-chose à redire.

Le KDP120 est livré essentiellement sous forme d’un ensemble complet, et vous serez prêt à commencer dès sa réception.

Casques d’écoute

Les casques d’écoute sont très pratiques lorsque vous souhaitez vous entraîner en privé, en vous concentrant uniquement sur votre jeu sans déranger les autres personnes à proximité.

De plus, une bonne paire d’écouteurs fournira un son plus clair et plus détaillé que les haut-parleurs embarqués.

Consultez ce guide pour savoir comment choisir le meilleur casque pour votre piano numérique.

📝 Le mot de la fin

Le KDP120 est essentiellement un KDP110 légèrement amélioré. Bien que nous ayons fait de notre mieux pour mettre en évidence les améliorations dans la mesure du possible, il n’y a pas grand-chose à dire.

Toutefois, il ne s’agit en aucun cas d’une critique à l’égard du KDP120. Même près d’une demi-décennie après sa sortie initiale, le KDP110 reste l’un des meilleurs rapports qualité-prix du marché.

Les points forts du KDP110 étaient sa qualité sonore et sa configuration de haut-parleurs de premier ordre. Les échantillons SK-EX figurent sans doute parmi les meilleurs sons du marché, et la configuration des haut-parleurs stéréo de 20 W est encore aujourd’hui la meilleure de sa catégorie.

Si l’on ajoute à cela le clavier RHCII, très apprécié, il n’est pas surprenant que le KDP110 soit devenu l’un des best-sellers de Kawai.

Le KDP120 s’appuie simplement sur les bases déjà solides établies par son prédécesseur, et il en résulte finalement un instrument qui est meilleur, mais pas de manière significative. Je ne peux m’empêcher de penser que Kawai aurait pu faire un peu plus.

Lors du récent renouvellement de l’ES120 (qui remplace l’ES110, vieux de 5 ans), Kawai a ajouté plus de sons, redessiné l’interface utilisateur et apporté des améliorations qui, en fin de compte, ont semblé suffisamment importantes pour justifier une réédition.

En fin de compte, ces plaintes ne changent rien au fait que le KDP120 reçoit notre recommandation. Si nous le jugeons sur la base de ses propres mérites, il y a beaucoup de choses à aimer.

Si vous êtes à la recherche d’un piano numérique de style meuble qui soit à la fois esthétique, sonore et agréable au toucher, vous devriez absolument considérer le KDP120.

♻️ Alternatives

Dans cette gamme de prix, il existe de nombreux concurrents valables au Kawai KDP120. Concentrons-nous sur ceux qui se rapprochent le plus du Kawai en termes de design, de fonctionnalités et de prix.

Kawai KDP120 vs Yamaha YDP-165 (Test complet)

Outre Kawai, Yamaha est un autre fabricant de pianos japonais qui possède un pedigree remarquable dans le domaine des pianos acoustiques. Parmi leur gamme de produits, le YDP-165 est le plus proche du KDP120 de Kawai en termes de caractéristiques.

Le YDP-165 utilise le jeu d’échantillons de pianos à queue de concert CFX de Yamaha avec modélisation VRM Lite. Ces sons sont issus des instruments haut de gamme de Yamaha et bénéficient de la même double rangée de haut-parleurs de 20 W utilisée dans le YDP-165.

De même, l’action des touches du GH3 semble assez réaliste. L’action des touches du GH3 est une autre action à triple capteur qui vise à émuler la sensation des vraies touches de piano.

Ces touches reproduisent assez bien le poids des vrais pianos, même si certains considèrent qu’elles sont un peu trop lourdes par rapport à d’autres touches de prix comparable.

Bien que je préfère personnellement la sonorité naturelle des échantillons SK-EX et la réactivité de l’action RHCII, la lutte est serrée.

Le YDP-165 comprend également une interface audio USB, qui facilite l’utilisation des excellents échantillons dans un contexte d’enregistrement sans nécessiter de matériel supplémentaire.

Cependant, il y a quelques réserves qui rendent le YDP-165 plus difficile à recommander.

Il y a d’abord l’infime sélection de sons. Le YDP-165 ne propose que 10 sons, soit encore moins que les 15 sons déjà minuscules du KDP120. De plus, le YDP-165 n’intègre pas la fonction Bluetooth, ce qui nécessite l’utilisation d’un dongle.

Ceci étant dit, il ne s’agit là que de petits reproches. Le YDP-165 est un concurrent solide du KDP120, et vaut la peine d’être considéré si vous pouvez accepter un prix de vente plus élevé.

Si un design plus fin et plus moderne ne vous dérange pas, vous pouvez également envisager le modèle YDP-S55, qui est identique au YDP-165 en termes de caractéristiques, mais dont le coffret a été conçu différemment. Son prix est pratiquement identique à celui du Kawai KDP120.

Kawai KDP120 vs Roland RP701 (Test complet)

Le RP701 de Roland est le contemporain du Kawai KDP120. Il s’agit d’un piano numérique de style meuble qui se veut la pièce maîtresse de votre salon.

En termes de son, le RP701 utilise le moteur sonore SuperNATURAL de Roland pour produire un son de piano riche, mais légèrement plus stérile que le son aéré et naturel du KDP120. Que vous préfériez ou non ce son neutre est une question de préférence personnelle, mais je donnerais personnellement la victoire à Kawai sur ce point.

En termes d’action des touches, c’est beaucoup plus proche. Le PHA-4 Standard de Roland est peut-être le clavier d’entrée de gamme de Roland, mais il reste l’un de nos préférés.

Comparé à l’action légère RHCII du KDP120, le RP701 semble un peu plus précis en termes de poids, tout en conservant un niveau de précision similaire grâce à ses détecteurs à trois capteurs.

C’est au niveau du design et de la polyvalence que Roland l’emporte. Le pendant alternatif du RP701, le F701 (essentiellement une variante plus fine avec un design de caisson différent) a remporté un prix de design Red Dot, et je peux certainement comprendre pourquoi.

Le schéma de contrôle est beaucoup plus agréable grâce à la présence de boutons dédiés, et vous disposez même d’un écran et d’un bouton encodeur pour faciliter la navigation.

Le RP701 propose également un total de 324 sons différents. Même en déduisant les sons General MIDI 2 (qui sont considérés comme de moindre qualité), il reste 68 sons avec lesquels vous pouvez jouer et qui complètent agréablement la palette sonore du RP701.

En définitive, le RP701 mérite vraiment d’être considéré comme une alternative au KDP120. La sélection de sons étendue, le jeu de touches tout aussi agréable et le système de commande primé pourraient suffire à faire pencher la balance en faveur de Roland.

Laisser un commentaire